La sacroiliite, c'est quoi? Causes, symptômes et traitement

La goutte

Le processus inflammatoire de l'articulation sacro-iliaque est appelé sacro-iliite. Une personne ressent une douleur dans le bas du dos. La maladie peut être indépendante ou symptomatique de certaines autres maladies. Cette articulation est inactive. Le sacrum - l'avant-dernière partie de la colonne vertébrale, en dessous - le coccyx. À la naissance, les vertèbres sacrées sont séparées les unes des autres et croissent ensemble après 18 ans. Formé d'un seul os. Il y a une anomalie congénitale, appelée le dos du bifida, lorsque l'union est incomplète.

L'évolution de la maladie peut être aiguë ou chronique, avec déformation ultérieure de l'articulation ou ankylosante (immobilité due à la fusion des surfaces articulaires). L'ankylose survient dans la plupart des cas avec un rhumatisme. La sacro-iliite déformante se caractérise par la formation de croissances osseuses (ostéophytes) le long des bords de l'articulation.

Qu'est ce que c'est

La sacroiliite est une lésion inflammatoire de l'articulation sacro-iliaque. Il s'agit d'une maladie indépendante ou d'une manifestation d'une maladie infectieuse ou auto-immune. Plus souvent unilatérale. Caractéristique bilatérale de la spondylarthrite ankylosante et de la brucellose, rarement observée dans la tuberculose. Les causes incluent: blessures, surcharge articulaire prolongée, anomalies congénitales des articulations, maladies infectieuses ou systémiques, tumeurs.

Les causes

Les médecins décident d'attribuer deux grands groupes de causes provoquant le processus inflammatoire.

Le premier est formé de maladies auto-immunes, caractérisées par une inflammation asymétrique. Ce groupe de causes est distingué séparément car aucun symptôme supplémentaire ne se manifeste dans ces articulations. Pour l'inflammation, vous pouvez simplement diagnostiquer le début du processus systémique.

Le second groupe de causes est constitué de maladies provoquées par l'arthrite ordinaire et d'autres processus pathologiques. Si le patient est droitier, la sacro-iliite se trouve généralement du côté droit. En conséquence, une sacro-iliite gauche est diagnostiquée chez les gauchers.

Dans ce groupe de raisons, il est d'usage de distinguer les éléments suivants:

  1. Biomécanique incorrecte de l'articulation;
  2. État de grossesse;
  3. Maladies infectieuses;
  4. L'ostéoporose, diagnostiquée chez les femmes ménopausées;
  5. Malformations dues à des complications lors de l'accouchement;
  6. Tumeur se développant dans les os du bassin, de l'espace rétropéritonéal et de la cavité pelvienne;
  7. Caractéristiques du travail associées à un séjour prolongé en position assise entraînant un affaiblissement de l'anneau pelvien.

Classification

Selon le mécanisme de la maladie, on distingue les types de sacro-iliite suivants:

  1. La sacroiliite primaire est une maladie qui prend naissance dans l'articulation sacro-iliaque et ses ligaments et qui se limite à ses structures. La sacroiliite primaire peut être déclenchée à la fois par une lésion traumatique (consécutive à une infection) et par une lésion osseuse du tissu osseux (par exemple, si une tumeur survient directement dans la colonne vertébrale).
  2. Sacroiliite secondaire - La genèse est plus complexe, car la sacroiliite n'est que l'un des signes de la maladie sous-jacente. Une grande partie de celle-ci joue le rôle d’un composant allergique ou immunitaire, lorsque la maladie se manifeste par la réaction de l’organisme à certains changements. Les maladies rhumatologiques, qui provoquent des problèmes de fonctionnement du système immunitaire, ne sont pas le dernier facteur dans l’apparition d’une sacroiliite secondaire. L’organisme déclenche alors une réaction contre ses propres fibres du tissu conjonctif du squelette axial.

Malgré les avancées significatives dans la pathogenèse de la maladie et les scientifiques ont réussi à classer la sacroiliite en deux grandes catégories - primaire et secondaire -, en pratique clinique, ils ne s’éloignaient pas de la séparation habituelle de la maladie en fonction des raisons pour lesquelles elle était directement causée.

Symptômes communs à tous les types de maladie

Le symptôme le plus important de tous les types de sacroiliite est la douleur. Il se produit dans la colonne vertébrale inférieure, dans le sacrum ou à la taille. En règle générale, il irradie vers d'autres parties du corps: tendon d'Achille, cuisse, fessier maximus. Il se caractérise par un renforcement au moment du pressage et après un long séjour dans la même position.

Parmi les autres symptômes de la sacroiliite sont possibles:

  • irritabilité;
  • augmentation de la température corporelle à 37,5;
  • douleur dans d'autres articulations;
  • panne;
  • troubles visuels (larmoiement, sensibilité à la lumière vive et autres);
  • le rythme cardiaque et des troubles respiratoires peuvent survenir.

D'autres symptômes peuvent différer en fonction du facteur qui a provoqué le développement de la maladie. Ainsi, la clinique de chacune des formes de la maladie est la suivante:

  1. Sacro-iliite infectieuse. En plus de la douleur, il existe des symptômes tels que fièvre, développement d'abcès dans la région du fessier. Des symptômes toxiques infectieux sont également observés, résultant de la libération dans le sang des produits de micro-organismes.
  2. Sacro-iliite rhumatismale. Dans ce cas, il y a une douleur dans le bas du dos, qui est plus forte le matin, ainsi qu'après le repos. Si une personne se "disperse", la douleur s'atténue. Les autres symptômes inhérents à la sacroiliite sont identiques aux manifestations de la maladie sous-jacente: malaise, fièvre, développement d'ostéoporose, lésion d'autres articulations, tendons, par exemple Achille et hanche.
  3. Sacro-iliite traumatique. En plus de la douleur, il y a un gonflement au site de la blessure, une rougeur de la peau, des ecchymoses, des hématomes. Dans certains cas, en particulier au moment de l’impact significatif d’un facteur traumatique, une plaie ouverte peut se produire avec une violation de l’intégrité de la peau. Cela provoque des saignements, ce qui crée d'excellentes conditions pour que des agents pathogènes pénètrent dans l'organisme par la circulation sanguine.
  4. La tuberculose et la brucellose sacro-iliite sont caractérisées par une évolution subaiguë accompagnée de symptômes tels qu'une augmentation de la température corporelle, une douleur périodique se produisant et n'augmentant que dans certaines circonstances. Mais il arrive que la sacro-iliose tuberculeuse ou la brucellose soit plus prononcée: malaise général, maux de tête, douleurs articulaires, transpiration accrue, frissons et autres signes d’intoxication.

Il est à noter que dans les stades précoce et tardif de la sacro-iliite, les symptômes diffèrent, ne serait-ce que par leur intensité. Ainsi, dans les premiers stades, des symptômes non spécifiques sont possibles et pour cette raison, de nombreux patients n’y attachent pas une grande importance. À environ 2 stades de développement de la maladie, syndrome, syndrome fébrile, fièvre, diminution du poids corporel sont associés. Au matin comme au soir, une douleur modérée apparaît dans les reins.

Degré d'affection

Il existe de tels degrés de développement de la maladie:

  1. Le premier degré est rarement caractérisé par des signes lumineux. Parfois, le patient peut être dérangé par le mal de dos, qui irradie jusqu'aux tendons d’Achille;
  2. Le deuxième degré de la maladie est caractérisé par la présence de douleurs dans les fesses et les cuisses. Le patient ressent une douleur dans le dos qui réduit la mobilité des vertèbres dans cette zone. Déjà à ce stade, la maladie peut entraîner des déformations de la colonne vertébrale;
  3. Le troisième degré de la maladie se caractérise par des signes tels que l’ankylose des os sacro ou iliaques. Vous pouvez voir ces signes de la maladie à l'aide d'un examen aux rayons X. Cette étape est caractérisée par l'apparition d'une sciatique, l'apparition de crampes musculaires, ainsi que par une modification de la pression artérielle.

Diagnostics

Pour que le médecin puisse renvoyer le patient à un examen, l'inflammation doit être confirmée, en plus des signes susmentionnés, par des tests de laboratoire de routine.

Par exemple, peuvent être identifiés:

  • données immunodiagnostiques positives sur un microorganisme spécifique (dans le cas d'un agent pathogène spécifique);
  • leucocytose du sang périphérique;
  • décalage des leucocytes à gauche, chez les jeunes, voire les myélocytes;
  • augmentation de l'ESR;
  • réaction générale sévère du corps: fièvre, intoxication, gonflement des tissus mous, parle d'inflammation diffuse - cellulite dans les espaces intermusculaires du pelvis;
  • lésion d'articulations distantes, présence d'éruptions cutanées, de dactylite, de lésions des clous (ceci se produit dans le rhumatisme psoriasique).

Comme nous l’avons déjà mentionné, la méthode de diagnostic la plus rapide et la plus informative est la radiographie des os pelviens avec imagerie ciblée à grande échelle des articulations sacro-iliaques en projection directe avec saisie obligatoire de deux crevasses articulaires sur toute leur longueur.

Des complications

Une complication grave de la sacroiliite purulente est la formation de fuites purulentes avec une percée dans la région fessière et en particulier dans la cavité pelvienne. En présence de stries, la palpation et l'examen rectal ont révélé une formation élastique fluctuante et douloureuse. La pénétration de pus dans les ouvertures sacrées et le canal vertébral est accompagnée de lésions de la moelle épinière et de ses membranes.

Traitement de différents types de sacroiliite

Le traitement de la sacroiliite est généralement conservateur. Le schéma général de la pharmacothérapie complexe comprend:

  • médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (nimésulide, diclofénac);
  • antagonistes du facteur de nécrose tumorale (infliximab);
  • des hormones (dexaméthasone, méthylprednisolone);
  • antibiotiques (streptomycine, clarithromycine, ceftriaxone).

En cas de syndrome douloureux sévère, des blocages sont réalisés lors de l'introduction dans l'articulation, des points déclencheurs dans les muscles (zones d'hypersensibilité) ou dans le canal vertébral de la lidocaïne, du kénalog, du diprospan.

Les remèdes qui ont un effet destructeur sur un agent pathogène spécifique, par exemple les médicaments antituberculeux (thioacétazone, isoniazide) contre la sacroiliite tuberculeuse constituent le principal moyen d’éliminer la cause d’une inflammation spécifique.

Physiothérapie avec sacro-iliite

À ce jour, de nombreuses études confirment l'efficacité et les bénéfices de la physiothérapie avec sacro-iliite. Cela est particulièrement vrai lorsque la nature rhumatologique de la maladie.

  1. Rayonnement infrarouge de la zone touchée. Le rayonnement infrarouge a un effet de réchauffement et de stimulation locale. En conséquence, les processus de guérison sont accélérés, l'immunité est stimulée, les infiltrats sont résorbés et d'autres traces d'inflammation chronique se produisent.
  2. Rayonnement laser sur la colonne vertébrale et sur la région de l'articulation sacro-iliaque. Sous l'action du rayonnement laser, des molécules spéciales sensibles des tissus et des organes sont activées. Elles interagissent avec les cellules environnantes et modifient l'activité des réactions métaboliques et augmentent la consommation d'oxygène. En conséquence, la division cellulaire est stimulée, la production de glucose et le dédoublement des graisses sont activés. Tout cela augmente la capacité des tissus à se régénérer (à restaurer).
  3. Ultraphonophorèse des anti-inflammatoires et des anesthésiques locaux. Sous l'action des vibrations ultrasoniques, l'absorption des médicaments augmente, leur aire de distribution augmente et leur effet thérapeutique est renforcé.
  4. Magnétothérapie pulsée à haute intensité. Sous l'influence d'un champ magnétique, les processus métaboliques entre les cellules changent, le métabolisme augmente, l'élimination des produits de décomposition est accélérée, ce qui contribue à réduire la réponse inflammatoire.

En plus de ces méthodes d'influence utilisant des facteurs physiques, il est important de mener une gymnastique correcte, ce qui vous permet de gérer efficacement la raideur matinale des articulations et de maintenir un potentiel fonctionnel adéquat de l'articulation et du membre.

Prévisions

En règle générale, avec des causes infectieuses et un traitement rapide de la sacroiliite, dans le contexte de la préservation de l'immunité, le pronostic est favorable. En cas de violation de la biomécanique articulaire et de la fatigue musculaire, avec le développement d'un processus aseptique, le traitement est plus long, y compris les procédures de massage, de thérapie par l'exercice et de physiothérapie.

Enfin, la sacroiliite "rhumatismale" - symptômes, traitement dont le pronostic indique la défaite du tissu conjonctif - peut survenir pendant de nombreuses années. Tout dépendra de l'activité du processus auto-immune.

Prévention

La sacroiliite n'est pas un événement rare. Tout d'abord, cela est dû à un nombre considérable de professions impliquant une position assise. Par conséquent, nous ne devrions pas négliger les mesures préventives pour éviter les problèmes de santé.

Afin de ne pas développer de sacroiliite, il est nécessaire de traiter rapidement les maladies infectieuses, de renforcer le système immunitaire et de faire du sport. Une position assise au travail doit être diversifiée en marchant et en s'échauffant. En présence d'un joint douloureux, la charge sur celui-ci doit être minimisée.

L’application de ces recommandations simples vous permettra d’éviter les conséquences désagréables, voire désastreuses de la sacro-iliite, telles que la limitation de la mobilité de la colonne vertébrale dans la région lombo-sacrée, jusqu’à une perte totale de mouvement.

Sacroiliite - degrés et symptômes, traitement, médicaments

Si nous nous approchons des gens dans la rue et leur demandons ce qu’est l’asthme, l’hypertension ou le diabète, nous obtiendrons très probablement les bonnes réponses.

Si nous demandons en quoi consiste l'ostéoporose, les chances de trouver une solution correcte au problème seront légèrement réduites. Il y a très peu de chances qu'une personne dise correctement ce qu'est une sacroiliite. Cela suggère que le nom du diagnostic est "non entendu".

En effet, c’est le cas: un diagnostic confirmé de sacro-iliite survient en moyenne à une fréquence d’un cas pour 1000 personnes. Ce n'est pas beaucoup, mais pas si peu. En outre, la sacro-iliite est rarement un processus isolé - elle est souvent le symptôme d'une lésion plus étendue. Il est temps de "révéler les cartes" et d'expliquer les enjeux.

Transition rapide sur la page

Sacroiliite - qu'est-ce que c'est?

On sait que nous avons l'os sacré dans notre corps. C'est le sacrum, qui constitue le support massif de toute la colonne vertébrale - ce support est fermement «ancré» au milieu du bassin, ce qui ferme l'anneau pelvien. Et la sacroiliite est une inflammation des ligaments qui relient le sacrum aux os pelviens iliaques.

En fait, il y a une paire d'articulations sacro-iliaques, qui sont deux articulations raides. Par conséquent, une sacro-iliite à droite et à gauche sont possibles. En outre, l'apparition d'une inflammation des deux côtés est également possible. Les ligaments sacro-iliaque sont les ligaments les plus forts de notre corps. Bien sûr, ils peuvent devenir enflammés. Mais pourquoi est-il beaucoup plus connu des maladies d'autres ligaments (tendon d'Achille, ligaments croisés du genou) que de la pathologie des ligaments les plus puissants du corps?

Oui, simplement parce que le diagnostic de la sacroiliite est caché, il ne «dépasse» jamais et les médecins n'ont presque jamais de patients avec un tel diagnostic indépendant. Le plus souvent, ces patients peuvent être trouvés à la clinique des maladies du tissu conjonctif, et ils sont traités par un médecin qui s'appelle un rhumatologue.

En termes simples, la sacro-iliite peut entraîner des douleurs dans le bas du dos et dans le bas du dos. Quelles sont les raisons de développer une inflammation des articulations sacro-iliaques?

Causes de la maladie

Comme toute inflammation, la sacroiliite peut être primaire ou secondaire.

La sacroiliite primaire est «née sur place» et résulte de problèmes du sacrum, des os du bassin et de leurs ligaments. Cela peut être une blessure (fractures du sacrum et de l’anneau pelvien, déchirure des ligaments), avec le développement d’une tumeur située directement dans la région des articulations.

La sacroiliite secondaire est beaucoup plus diverse. Ils sont beaucoup plus nombreux, car dans ce cas, l’inflammation des ligaments est un symptôme. Les causes les plus courantes de la maladie sont:

  • Spondylarthrite ankylosante ou spondylarthrite ankylosante. Il s'agit d'une maladie systémique qui affecte les petites articulations du squelette axial - la colonne vertébrale. En gros, il «s'ossifie» avec le temps et perd sa mobilité. De plus, divers organes internes peuvent être touchés. Cette maladie aux premiers stades se manifeste par de fortes douleurs au dos, en particulier la nuit; les patients préfèrent donc souvent marcher la nuit. Ce sont principalement les hommes qui sont malades et la raison en est liée à des troubles génétiques héréditaires, qui entraînent la formation d'anticorps dirigés contre les tissus de leur propre organisme.
  • La polyarthrite rhumatoïde. C'est aussi une maladie auto-immune, mais elle se caractérise par la défaite de petites articulations, que l'on retrouve chez l'homme dans les pieds et les mains. Cette pathologie n'aime pas toucher les grosses articulations, mais dans certains cas, la polyarthrite rhumatoïde ne peut être exclue des causes.
  • Le psoriasis, plus précisément le rhumatisme psoriasique. Sa tromperie est qu'il peut affecter les articulations et qu'il n'y aura que des éruptions cutanées minimes sur la peau. Tous les 20 patients atteints de rhumatisme psoriasique sont également atteints de sacro-iléite auto-immune psoriasique.
  • Entéropathie auto-immune. Initialement, il existe des maladies intestinales inflammatoires et microbiennes que l'organisme combat. Mais en raison de la similitude des antigènes microbiens avec les tissus de leur propre corps, l'immunité est "trompée" et l'inflammation des propres articulations situées près de l'intestin commence. Plus souvent, les patients atteints de colite ulcéreuse, la maladie de Crohn sont malades.
  • Immuno sacro-iliite post-traumatique secondaire. Initialement, il a été déclaré que le traumatisme est la cause de l'inflammation primaire. Cela est vrai, mais si le temps imparti pour son extinction passe et qu'il devient permanent (évolution chronique avec rémissions et exacerbations), cette inflammation peut alors être considérée comme secondaire, avec une composante auto-immune.
  • Maladies infectieuses. Certains agents pathogènes spécifiques présentent une sélectivité élevée pour le tissu conjonctif, notamment (borréliose à tiques, brucellose, tuberculose, syphilis). En outre, il peut exister des agents pathogènes non spécifiques, tels que les streptocoques et les staphylocoques, c'est-à-dire la flore pyogénique habituelle. Cette flore peut provenir d'autres foyers jusqu'à la région des articulations sacro-iliaques, tant hématogènes que lymphogènes.
  • Tumeurs et néoplasmes de nature métastatique. Dans ce cas, la réaction inflammatoire à la tumeur peut être complétée par un rétrécissement et une modification de la configuration de l'interligne articulaire, ce qui peut également provoquer une douleur intense.

Le degré de développement de la sacroiliite

En plus du fait que le processus peut être primaire et secondaire, spécifique et non spécifique, il peut également être aseptique (encore une fois, auto-immune) et non infectieux (par exemple, en cas de surcharge).

Il existe trois degrés, ou stades de sacroiliite, qui diffèrent selon le tableau clinique:

1) Au premier stade, les manifestations cliniques ne dominent pas. De temps en temps, il peut y avoir une douleur dans le bas du dos, irradiant vers les jambes. En général, les images radiographiques présentent des signes d'inflammation: les fissures articulaires perdent leurs contours nets et deviennent un peu floues.

2) La deuxième étape est caractérisée à la fois par la progression de la radiographie (resserrement des espaces, violation de leur congruence) et par l’apparition de raideur, de douleurs persistantes, l’apparition de réactions générales (température, malaise) est possible.

3) Au troisième degré de sacroiliite, l'ankylose se développe - prolifération complète des fissures articulaires. Cela conduit à une déformation des muscles du bas du dos et du plancher pelvien, à l'apparition de troubles neurologiques et d'autres symptômes.

Qu'est-ce qu'une sacro-iléite dangereuse?

Un simple processus post-traumatique aseptique, par exemple une sacroiliite du côté droit, peut ne pas être considéré comme dangereux. Cela prendra du temps et, comme pour tout étirement des ligaments, la réponse inflammatoire disparaîtra. Mais dans le cas d’une sacro-iliite secondaire et bilatérale, il est possible qu’un long traitement aboutisse à une invalidité.

Dans le cas d'une spondylarthrite ankylosante, il s'agira d'une «ossification» de la colonne vertébrale. Le processus tumoral secondaire est encore plus dangereux et peut, avec le temps, entraîner la mort du patient.

Il est important de comprendre qu'en cas de croissance tumorale, il peut tout d'abord exister une lésion unilatérale qui ne gêne pas le patient. Dans un délai d'un an, il mourra du stade inopérable du cancer avec métastases à l'os iliaque. Par conséquent, il est possible de parler du danger de la sacro-iliite uniquement en énonçant sa cause.

Dans certains cas, ce n'est pas dangereux, parfois - cela conduit à un handicap, et parfois - à la mort. Mais dans ce dernier cas, répétons-nous, la sacro-iliite n’est pas à blâmer ici, car elle «est apparue sous le bras» de la croissance oncologique.

Symptômes de sacro-iliite, signes caractéristiques

Comment cette maladie se manifeste-t-elle dans des cas typiques? Là encore, il est difficile de trouver un cas «typique». En cas de lésion rhumatismale, il y aura un tableau clinique, en cas de lésion - un autre, et en cas de lésion infectieuse - le troisième. Mais quels que soient les symptômes de la sacroiliite, ils sont unis par des douleurs au bas du dos et au bas du dos.

Le plus souvent, dans les processus rhumatismaux (par exemple, le rhumatisme psoriasique), les symptômes de base suivants se manifestent:

  • La douleur dans le bas du dos apparaît progressivement;
  • Caractérisé par la présence de lésions chez les personnes âgées (plus de 35 ans);
  • L’expérience de la douleur est généralement longue - mois, parfois plusieurs années;
  • Il y a habituellement une raideur matinale dans le bas du dos, qui disparaît au dîner et si vous faites de la gymnastique, même beaucoup plus tôt;
  • Apparition périodique de fatigue, la température corporelle peut légèrement augmenter, par exemple lors d’exacerbations. Cela est particulièrement vrai pour la spondylarthrite ankylosante;
  • Avec un long processus, l'ostéoporose, comme le sacrum et les os iliaques, ainsi que la vertèbre lombaire peuvent survenir: des processus auto-immuns impliquant des médiateurs inflammatoires et une réponse inflammatoire peuvent résorber (dissoudre) le tissu osseux.

De plus, avec le processus rhumatismal, il existe de nombreux symptômes dans d'autres organes et tissus: les doigts sont affectés sous la forme de "saucisses" avec la formation de dactyloïs inflammatoire et les ongles changent pendant le psoriasis. Dans la polyarthrite rhumatoïde, des douleurs surviennent aux poignets et aux pieds, la démarche change au cours de la spondylarthrite ankylosante, le dos devient figé.

Les membranes du cœur peuvent également être touchées. Avec le développement de l'endocardite et de la péricardite, les reins sont perturbés car ils sont «bouchés» par des complexes immuns en circulation.

Dans la sacro-iliite traumatique, une douleur aiguë et soudaine, un gonflement des muscles et des ligaments, un dysfonctionnement sont caractéristiques. Compte tenu du fait de blessure, il n'est pas difficile de diagnostiquer cette condition. De plus, la présence d'hématomes étendus, d'abrasions et de rayons X, notamment en cas de fracture du sacrum, permet un diagnostic précis.

Les lésions infectieuses se manifestent souvent par une fièvre grave, une transpiration, une éruption cutanée et d’autres symptômes caractéristiques. Mais parfois, dans le cas de la borréliose chronique et de la brucellose, les formes peuvent être effacées et le diagnostic ne peut être confirmé que par des méthodes spécifiques de diagnostic en laboratoire.

La sacroiliite tumorale se développe souvent dans le contexte de symptômes oncologiques préexistants. Va manifester faiblesse, pâleur, perte de poids, anémie, perte d'appétit, ainsi que signes locaux.

Traitement de la sacroiliite - médicaments et méthodes

Les médicaments anti-inflammatoires sont à la base du traitement conservateur de la genèse non infectieuse de la sacroiliite. Ils sont utilisés dans les formes post-traumatiques rhumatismales et aseptiques. Les groupes de médicaments suivants sont utilisés:

  1. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (ibuprofène, méloxicam, kétoprofène, célécoxib). Ils peuvent réduire l'intensité de la douleur et réduire légèrement l'intensité de l'inflammation immunitaire.
  2. Hormones glucocorticostéroïdes. Ce sont des anti-inflammatoires puissants, mais ils peuvent, avec un usage prolongé, causer l'ostéoporose, le diabète sucré et les ulcères d'estomac. Nommé selon des indications strictes, sous le contrôle de FGS et des tests sanguins;
  3. Un nouveau groupe de moyens coûteux, mais efficaces - les anticorps monoclonaux. Ce sont des "récepteurs d'anticorps" hautement spécialisés et des substances spéciales impliquées dans l'inflammation, par exemple. Ce sont des médicaments tels que, par exemple, le Mabthera.

Dans ce cas, si les micro-organismes sont à l'origine de l'inflammation, les antibiotiques deviennent la base du traitement. Utilisé des médicaments qui ont le meilleur effet. Pour cela, il faut établir un diagnostic, identifier l'agent pathogène et déterminer sa sensibilité aux antibiotiques. Actuellement, de nombreux antibiotiques sont très efficaces: céphalosporines de 3e et 4e générations, amoxicilline, vancomycine, acide clavulanique.

Dans le cas où la cause est la tuberculose, un traitement avec des antibiotiques spéciaux est nécessaire: isoniazide, tubaside, rifampicine et d'autres moyens.

Outre les causes infectieuses, des antibiotiques sont également prescrits pour la sacro-iliite post-traumatique afin de prévenir une infection secondaire.

Physiothérapie

En cas d'évolution chronique (en particulier pour les causes rhumatismales), en phase de rémission, après un soulagement de l'inflammation, un traitement par des facteurs physiques est indiqué. Plus couramment utilisé:

  • traitement au rachis et au laser sacré;
  • thérapie magnétique;
  • électrophorèse avec vitamines, anti-inflammatoires.

En outre, cela signifie beaucoup d'empêcher la progression de la thérapie physique, la natation. La création de charges entraîne une circulation sanguine accrue, ce qui contribue à réduire le nombre d'œdèmes inflammatoires chroniques à la base de la colonne vertébrale.

Une fois la phase de rémission stable atteinte, un traitement dans un centre de sanatorium est indiqué: bains de Matsesta, Tskhaltubo, Naltchik, Pyatigorsk, Belokurikha, radon et sulfure d’hydrogène.

Pronostic du traitement de la sacroiliite

Nous avons brièvement passé en revue les symptômes et le traitement de la sacroiliite, et le pronostic de cette maladie est déterminé par une combinaison des facteurs suivants:

  • connaissance de la cause exacte et diagnostic précis;
  • la présence d'un processus microbien ou néoplasique;
  • la capacité de répondre positivement au traitement;
  • la progression de l'image radiographique et l'invalidité du patient.

Seuls, compte tenu de ces facteurs et de nombreux autres (sexe, présence de comorbidités), une prédiction approximative peut être faite.

Par conséquent, la sacro-iliite fait partie du nombre de diagnostics "décapités": vous ne pouvez jamais dire à l'avance combien il en reste tant que le patient n'aura pas récupéré ou tant que le patient n'aura pas été désactivé, jusqu'à ce que le médecin dispose de tous les faits.

Sacroiliite: qu'est-ce que c'est, quel pronostic, traitement

La plupart d’entre nous, entendant le mot "sacré", ne nous sentons pas déconcertés. Beaucoup de gens savent que cela se traduit par "sacré". Il est à noter que l'os sacré de notre squelette, qui porte un nom d'origine latine, sonne comme «os sacrum». Et alors vous pourriez penser, pourrait-il y avoir quelque chose de sacré dans l'os en croix?

Selon des légendes anciennes, cet os aurait des propriétés miraculeuses et pourrait aider à ressusciter une personne. Aucune information moins intéressante n’est donnée dans les mouvements religieux modernes au sens pseudo-hindou: selon eux, cette pierre est un vase de l’énergie de Kundalini.

Nous n'entrerons pas dans ces détails, mais nous essaierons de familiariser les lecteurs avec la définition de la sacro-iliite, les causes de cette maladie, ses symptômes et ses méthodes de traitement.

Sacroiliite - qu'est-ce que c'est?

La sacroiliite est un processus inflammatoire qui affecte les articulations sacro-iliaques. Selon la littérature médicale, le lien entre l'os sacré et l'os iliaque est attribué aux articulations, alors qu'il existe un lien assez étroit entre elles, appelé amphiartrose.

En raison de cette disposition du sacrum sur le "tronçon" entre les os iliaques, les os pelviens forment un seul anneau. Dans ce cas, les fonctions des vergetures sont attribuées aux ligaments interosseux sacro-iliaque.

Les ligaments sacro-iliaques se distinguent par une assez grande force parmi tous les ligaments présents dans notre corps. Selon cet indicateur, ils ne sont inférieurs qu'aux articulations des os du crâne, où des coutures tortueuses sont utilisées. Cependant, les os du crâne forment un seul conglomérat dans lequel il existe une différence par rapport aux os du bassin et du sacrum, qui présentent des fissures articulaires normales.

Une connexion similaire dans l'anneau pelvien peut être comparée à l'articulation pubienne, lésion qui survient souvent pendant le travail prématuré. Il est considéré par les spécialistes comme une complication particulièrement grave qui oblige une opération d'urgence.

L'articulation sacro-iliaque joue un rôle important en assurant le centrage et la stabilisation de la croix. Elle devient ainsi un point de référence pour la colonne vertébrale, la tête, le torse, les organes internes et la ceinture.

N'oubliez pas que nous devons tous porter des vêtements bas, des vêtements d'hiver et supérieurs, et en plus de tout, nous portons une variété de choses lourdes. Compte tenu de cela, on peut imaginer comment le sacrum et les articulations sacro-iliaque sont soumis à quel type de stress.

Les médecins accordent une grande attention à ce processus inflammatoire car ces articulations font partie du squelette axial. Et lorsque des dommages à d'autres articulations se produisent, qui affectent les articulations sacro-iliaques, on peut en conclure qu'il existe une forme grave du processus pathologique qui nécessite des mesures de traitement plus sérieuses.

Raisons du développement de la sacroiliite

Les médecins décident d'attribuer deux grands groupes de causes provoquant le processus inflammatoire. Le premier est formé de maladies auto-immunes, caractérisées par une inflammation asymétrique. Ce groupe de causes est distingué séparément car aucun symptôme supplémentaire ne se manifeste dans ces articulations. Pour l'inflammation, vous pouvez simplement diagnostiquer le début du processus systémique.

Le second groupe de causes est constitué de maladies provoquées par l'arthrite ordinaire et d'autres processus pathologiques. Si le patient est droitier, la sacro-iliite se trouve généralement du côté droit. En conséquence, une sacro-iliite gauche est diagnostiquée chez les gauchers.

Dans ce groupe de raisons, il est d'usage de distinguer les éléments suivants:

  • Biomécanique incorrecte de l'articulation;
  • État de grossesse;
  • Ostéoporose diagnostiquée chez les femmes ménopausées.
  • Malformations dues à des complications lors de l'accouchement.
  • Caractéristiques du travail associées à un séjour prolongé en position assise entraînant un affaiblissement de l'anneau pelvien.
  • Tumeur se développant dans les os du bassin, de l'espace rétropéritonéal et de la cavité pelvienne;
  • Maladies infectieuses.

Sacro-iliite bilatérale

Si une sacro-iliite bilatérale est suspectée, une liste plus restreinte de méthodes de diagnostic doit être utilisée, mais dans le même temps, les recherches doivent être conduites dans une direction différente.

Le fait est qu'il n'est plus nécessaire de prendre en compte les troubles traumatiques, congénitaux et néoplasiques, ainsi que l'arthrite infectieuse, qui peuvent entraîner une détérioration du bien-être humain. Lorsque le diagnostic de sacroiliite bilatérale est confirmé, les patients présentent souvent une maladie auto-immune ou une spondylarthrite ankylosante concomitante.

Beaucoup moins souvent, en présence de lésions bilatérales de l'articulation sacro-iliaque, on diagnostique une brucellose infectieuse ou une tuberculose, qui affecte également les deux côtés.

Classification

Comme dans le cas d'autres maladies des articulations, la sacroiliite est généralement divisée en plusieurs types.

Spécifique

L'idée est que l'inflammation se manifeste sous la forme d'un certain symptôme, sur la base duquel il est possible, avec un degré de probabilité suffisamment élevé, de déterminer la cause. Ce groupe comprend l'arthrite tuberculeuse, syphilitique et la brucellose.

Non spécifique

Ici, le processus inflammatoire ajoute les signes caractéristiques de l'inflammation normale, en plus de la suppuration. Dans ces conditions, une opération est nécessaire ou une décision peut être prise en faveur d'un traitement anti-inflammatoire anti-bactérien massif. Cela vous permet d'abandonner la chirurgie aux premiers stades de la maladie.

Processus aseptique

On l'appelle la cause principale, responsable de l'inflammation auto-immune, et se caractérise par l'absence totale d'infection microbienne et de suppuration.

Symptômes de la sacroiliite

Étant donné qu'il existe un processus inflammatoire marqué dans cette maladie, il se manifestera principalement sous forme de douleur et de dysfonctionnement. Chez les patients avec ce diagnostic, dans la plupart des cas, on retrouve les symptômes suivants:

  • La présence de douleur dans la fesse, ce qui donne à la région de la hanche. Dans une position où la jambe droite est allongée pour soulager la tension dans le muscle fessier, les symptômes de la douleur sont exacerbés;
  • Le phénomène d’exacerbation de la douleur au moment de l’augmentation de la charge avec des signes prononcés d’arthrite;
  • Les signes de raideur, manifestés dans différentes parties de la colonne vertébrale, sont les plus caractéristiques le matin et dans la région lombaire.
  • La présence de douleur dans le sacrum, qui se manifeste souvent après un exercice physique;
  • Souvent, les patients peuvent soulager la douleur lorsqu'ils bougent le corps, les genoux pliés et les jambes écartées. Avec une posture similaire, la charge sur les ligaments sacro-iliaques est réduite.
  • En outre, cette maladie se manifeste souvent par une inflammation, qui se manifeste sous différentes formes: rougeur, gonflement des tissus mous, sensation locale de chaleur. Cependant, chez la plupart des patients, ils sont difficiles à détecter en raison du fait que cette articulation est située à une profondeur de la surface du corps. Par conséquent, les médecins se concentrent souvent sur des symptômes tels que la douleur et une altération de la fonction lors du diagnostic.

Diagnostics

Lors de l'application pour un diagnostic à un patient spécialiste doit être examiné. Pour cela, les principaux signes de la maladie ne suffisent pas. Il est nécessaire d'obtenir la confirmation de la présence d'une inflammation, ce qui peut être fait en fonction des résultats des tests de laboratoire de routine. Ils devraient montrer ce qui suit:

  • La présence de leucocytes dans le sang périphérique;
  • Le décalage de la formule leucocytaire vers la gauche chez les jeunes ou les myélocytes;
  • augmentation de l'ESR;
  • résultats positifs après immunodiagnostic pour la détection de microorganismes;
  • Les signes de la présence de processus dégénératifs dans les articulations distantes, les éruptions cutanées, les plaques d'ongles;
  • L'apparition de signes spécifiques comme la réponse du corps aux changements d'état sous la forme de fièvre, d'empoisonnement, de gonflement des tissus mous, ce qui indique le développement d'une inflammation de la cellulite dans les espaces intermusculaires du pelvis.

Le plus souvent, les experts utilisent une méthode de radiographie thoracique pour l'examen, qui consiste à examiner soigneusement les articulations sacro-iliaques en projection directe, avec saisie obligatoire de deux crevasses articulaires sur toute la longueur. Il vous permet d’obtenir rapidement des données d’état extrêmement précises.

Il est recommandé de recourir à l'imagerie par résonance magnétique dans les cas où il existe des signes de formation de tissus mous, ainsi que pour élaborer un programme d'action sur le drainage des foyers purulents dans les complications infectieuses.

Traitement de la sacroiliite - médicaments et techniques

Une caractéristique du traitement de la sacroiliite est que, dans tous les cas, les mesures prescrites ne visent pas à éliminer la maladie. Sa présence indique la présence d'une inflammation auto-immune, et dans de telles situations, il est nécessaire de traiter "tout à la fois", en utilisant des schémas conventionnels.

Dans toutes les situations, la sacroiliite agit comme un marqueur nécessitant un traitement plus approfondi.

Par exemple, si on détecte un rhumatisme psoriasique, on peut alors en déduire que la sacro-iliite est impliquée dans le fait que les articulations axiales sont impliquées dans le processus auto-immunitaire. Sur cette base, les cytostatiques et les anticorps monoclonaux devraient être inclus dans le programme de traitement.

Si le patient se rend chez le médecin avec un diagnostic de spondylarthrite ankylosante, puis de sacro-iléite, qui se manifeste comme l'un des principaux symptômes de la lésion, il peut être décidé de suivre un traitement spécifique.

Pour lutter contre d'autres types de lésions, une décision est généralement prise en faveur de l'antibiothérapie, de la thérapie anti-inflammatoire, qui doit obligatoirement être complétée par un cycle de traitement de réadaptation, comprenant des massages et de la physiothérapie. De plus, le traitement nécessite l'aide d'un orthopédiste ou d'un arthrologue.

S'il existe des signes évidents d'un processus auto-immun, le traitement doit être effectué par un rhumatologue. Notez que seules les méthodes conservatrices sont autorisées pour de telles maladies. Une intervention chirurgicale avec une sacro-iliite est inacceptable.

Si des rayons X montrent des signes de sacroiliite, vous devez immédiatement consulter un rhumatologue pour obtenir des conseils. Après de tels résultats, il n’est pas nécessaire d’effectuer un traitement avec l’aide d’un masseur ou d’un kinésithérapeute. Une erreur sera de parler du rétrécissement des crevasses articulaires sur la radiographie en tant que signe d'ostéochondrose. Toute mesure thérapeutique prescrite peut entraîner une perte de temps. Si aucune mesure de traitement n'est prise, il existe un risque d'invalidité et de développement de l'ankylose dans d'autres régions.

Conclusion

Peu de gens connaissent la sacroiliite, car elle complète souvent les maladies existantes. Un tel diagnostic peut être posé par un seul spécialiste, mais il est possible de distinguer un certain nombre de signes caractéristiques selon lesquels le patient peut émettre une hypothèse préliminaire sur la présence d'une sacro-iliite. Le premier est la sensation de douleur et de dysfonctionnement de l'articulation. Ces signes devraient déjà inquiéter une personne et consulter immédiatement un médecin.

Des mesures de diagnostic supplémentaires peuvent aider à déterminer la cause exacte de la gêne et à prescrire un traitement efficace. La négligence de ces symptômes peut entraîner des complications, qui ne devraient pas être autorisées. De nombreux cas sont connus lorsque, au cours du processus, une personne est devenue handicapée sans pouvoir effectuer ses activités normales.

Inflammation dans le sacroiliac ou sacroiliitis: symptômes et traitement, pronostic de récupération et prévention des exacerbations

Une raideur dans la région lombaire, des douleurs à la fesse et au sacrum, des coups de feu à la cuisse, une inflammation et une rougeur du tissu recouvrant l'articulation touchée sont des signes d'une pathologie grave. La sacroiliite se développe sur le fond des maladies infectieuses et rhumatismales, à la suite d'un traumatisme.

L'apparition d'une gêne, d'une douleur aiguë, paroxystique dans la zone lombo-sacrée est le signe d'une visite urgente chez un rhumatologue ou un vertébrologue. Au stade sévère de la pathologie, le patient ressent un inconfort grave, une limitation de l'activité physique est nécessaire: la maladie complique considérablement la vie.

Quelle est la sacroiliite

L'inflammation de l'articulation sacro-iliaque de la colonne vertébrale est un signe caractéristique de la maladie. Dans le bas du dos, le patient ressent une douleur, le malaise s'étend à la zone de la cuisse et des fesses. La sacroiliite (code CIM - 10 - M46.1) agit comme une pathologie indépendante ou est l’un des symptômes de maladies dangereuses: spondylarthrite ankylosante, brucellose.

Les causes

L'inflammation dans la région lombo-sacrée se développe en tenant compte des facteurs suivants:

  • malformations congénitales des structures vertébrales;
  • pathologies auto-immunes;
  • problèmes de métabolisme des minéraux;
  • lésion de la colonne vertébrale et du bassin;
  • charge excessive sur l'articulation sacro-iliaque sur une longue période;
  • pénétration d'agents infectieux.

Découvrez comment appliquer le gel Dolobene pour soulager les douleurs au dos et à la colonne vertébrale.

Qu'est-ce que la sciatique et comment traiter une maladie? Les options de traitement de pathologie efficaces sont décrites sur cette page.

Premiers signes et symptômes

Les manifestations négatives dépendent en grande partie du degré de sacro-iliite et du type de pathologie. Plus le processus inflammatoire est actif, plus les signes de la maladie sont prononcés. Il est important de faire attention à temps aux désagréments dans la région du sacrum et du bas du dos, afin de prévenir le stade grave de la sacro-iliite.

Principaux symptômes:

  • le symptôme principal est une douleur régulière ou paroxystique dans le bas du dos, s'étendant au sacrum, aux fesses, à la cuisse;
  • avec une sacro-iliite bilatérale, un malaise apparaît lorsqu'on appuie sur une force quelconque sur le sacrum. Les médecins notent également ce symptôme dans l'approche pathologique de deux os iliaques;
  • les manifestations désagréables deviennent plus fortes après une posture statique, avec une longue marche, après une flexion;
  • Un détail caractéristique indique le développement d'une sacroiliite unilatérale - transfert de poids involontaire à une jambe saine lors de l'ascension d'une échelle (pour une lésion du côté gauche, pour un membre droit, pour un membre droit, pour un membre gauche);
  • avec phlegmon dans l’espace intermusculaire du pelvis (inflammation diffuse au fond de la suppuration), apparaissent des signes d’intoxication générale: fièvre, détérioration de la santé, fièvre, faiblesse, nausée.

Types et formes de la maladie

Classification par zone de localisation du processus inflammatoire:

  • l'arthrose. Des changements pathologiques se développent à la surface articulaire;
  • synovite L'inflammation affecte la membrane synoviale du problème articulaire;
  • panarthrite La forme la plus sévère - toute la région articulaire est touchée.

Les médecins distinguent trois types de sacroiliite:

  • infectieux-allergique ou aseptique. L'inflammation se développe sans la présence d'agents infectieux, sur fond de pathologies auto-immunes;
  • non infectieux. Causes: dégénérescence des articulations sur fond de violation du métabolisme minéral, à la suite d'une blessure, qui a provoqué une inflammation de la région du sacrum et du bas du dos;
  • spécifique. La sacroiliite se développe sur le fond de maladies graves (tuberculose, brucellose, syphilis) après la pénétration d'agents pathogènes dangereux.

Il existe une classification de la sacroiliite par une combinaison d'autres signes:

  • arthralgie sur le fond de la syphilis;
  • sacroiliite suppurée du côté gauche résultant de la pénétration d'agents infectieux dans la plaie après une blessure;
  • synovite ou arthrose avec une longue évolution sur le fond de la brucellose. L'inflammation affecte un et deux côtés de la région pelvienne;
  • pathologie aiguë et chronique de la tuberculose. Ce type de processus inflammatoire dans la région lombaire et le sacrum est à la fois unilatéral et bilatéral.

Les étapes de la sacro-iliite:

  • le premier. La symptomatologie est faible. Parfois, les patients ressentent une légère raideur après le sommeil dans certaines parties de la région lombaire et se soucient rarement de leur mal de dos. L'activité physique provoque l'activation du processus inflammatoire. Un signe important - les douleurs lombaires donnent à la région du tendon d’Achille;
  • la seconde. A ce stade, une lésion bilatérale de l'articulation sacro-iliaque se développe, les patients remarquent une douleur aux fesses et à la cuisse, des crampes paroxystiques et des tirs lombaires. Il y a une courbure dans la région lombaire, reste la rigidité du mouvement;
  • le troisième. L'ankylose de l'iléon et de la région sacrale se développe si elle n'est pas traitée. Les modifications négatives sont montrées par une scintigraphie squelettique ou des rayons X du bas du dos et du bas du dos. Sur le fond du déplacement des vertèbres, la compression des racines nerveuses, la pression artérielle augmente, des crampes musculaires douloureuses se produisent, des crises d'asthme sont possibles et une sciatique se développe.

Diagnostics

Les causes d'inconfort dans le bas du dos, les cuisses et les fesses ont été découvertes par un vertébrologue, un rhumatologue ou un spécialiste des maladies infectieuses. Souvent, la consultation de plusieurs médecins est requise. Il est nécessaire de dresser un tableau clinique complet et de réaliser des tests spéciaux pour déterminer le type et le stade de la maladie.

Si une sacro-iliite bilatérale est suspectée, il est nécessaire de déterminer si le symptôme de Frepson est présent. Le patient est assis sur une chaise, un pied en bas. En ce moment dans la région lombo-sacrée, il y a une douleur aiguë. En outre, l'inconfort est aggravé si le patient déplace la jambe sur le côté. Avec une forme unilatérale de la maladie, particulièrement purulente, le développement de la cellulite, la zone touchée devient rouge, enflée et il y a une douleur à la palpation.

Le spécialiste doit désigner:

  • Zone de radiographie du rein et du sacrum. L'étude montre une diminution notable de la taille de l'interligne articulaire avec une maladie grave - l'absence totale de lumière. La radiographie aide à identifier la sacroiliite purulente et l'ostéoporose de degré modéré;
  • test sanguin. Avec le processus inflammatoire actif, le niveau de leucocytes est multiplié par 2 ou 3, le deuxième et le troisième degré de pathologie augmentant de manière significative la RSE. Dans la forme infectieuse de la maladie, une analyse de sang montre la présence d’anticorps dirigés contre un type spécifique de microorganisme.

Traitements efficaces

Au stade précoce de la sacroiliite, les patients commencent rarement un traitement en raison d'appels tardifs au vertébrologue sur fond de symptômes négatifs faibles. Plus souvent chez le médecin, il y a des personnes qui se plaignent de douleurs au dos et au sacrum. Après l'examen, un spécialiste révèle une sacro-iliite unique ou bilatérale de 2 à 3 degrés. La présence dans le corps d'infections dangereuses, telles que la tuberculose ou la syphilis, l'accumulation de masses purulentes dans les cas avancés de la maladie compliquent l'évolution de la maladie.

Vous devez d'abord guérir la pathologie de fond, pour atténuer les effets des blessures. En parallèle, le patient reçoit des compositions antibactériennes, des analgésiques, des AINS. Comme la cause du processus pathologique dans l'articulation disparaît, l'inflammation disparaît. Pendant cette période, le médecin ajoute de l'exercice, de la physiothérapie et des massages thérapeutiques.

Les principales méthodes de traitement de la sacroiliite deuxième ou troisième degré:

  • destruction des agents pathogènes de la syphilis, la brucellose, la tuberculose, d'autres infections. Le patient prend un complexe de médicaments, y compris des antibiotiques puissants. La durée du traitement spécifique - jusqu’à six mois ou plus, selon le schéma pour chaque type de maladie infectieuse;
  • avec la nature traumatique de la sacroiliite, l'articulation blessée doit être rectifiée, fixée pour 10 jours ou plus;
  • Avec le développement du syndrome radiculaire, la nature du zona de la douleur, les médecins combinent des méthodes médicales antiradiculiculite et antinéalgiques;
  • Pour réduire l'intensité de la douleur, prescrit des AINS. Les composés ont un effet complexe sur l'articulation touchée: arrêt de l'inflammation, réduction de la douleur;
  • avec une sacroiliite purulente, des antibiotiques sont nécessaires;
  • les lésions articulaires dues au rhumatisme psoriasique nécessitent la nomination d’anticorps monoclonaux et de cytostatiques;
  • si la lésion lombo-sacrée se produit sur le fond de maladies auto-immunes, le médecin prescrit des médicaments pour réduire le risque d’exacerbations du lupus érythémateux et d’autres pathologies. Le traitement est effectué par un rhumatologue, le traitement n'est que conservateur;
  • Pour une élimination rapide de la douleur dans l'articulation à problèmes, le médecin prescrit une électrophorèse avec de l'hydrocortisone, une méthode d'électropuncture. Les procédures peuvent être réalisées avec une pathologie non infectieuse ou après la suppression de l'activité d'agents pathogènes dangereux;
  • procédure utile - frotter bischofite et massage avec l'utilisation de l'huile d'argousier de guérison;
  • bon effet analgésique donne une pommade avec effet analgésique. Avec une inflammation active ne pas appliquer les compositions avec un effet chauffant, après avoir arrêté le processus aigu, l'élimination des agents infectieux a permis à différents types de gels et de pommades pour les maux de dos.

HB période aiguë, le patient doit réduire totalement ou partiellement l'effort physique. Dans des conditions difficiles, vous devez vous allonger davantage, moins assis, et marcher pour réduire la charge sur le sacrum et le bas du dos. Si indiqué, le médecin vous recommande de porter un corset orthopédique pour le bas du dos. Pendant la rémission, des exercices simples sont utiles. La thérapie par l'exercice complexe pour la sacroiliite repose sur des exercices de respiration et d'étirement. Excellentes options: aquaforme, Pilates et yoga.

Découvrez comment utiliser le gel Ortofen à base de diclofénac pour le mal de dos.

Vous trouverez sur cette page les raisons du développement de la lordose de la colonne lombaire au sujet des options de traitement pour la courbure.

Allez sur http://vse-o-spine.com/iskrivleniya/skolioz/tretej-stepeni.html et examinez le choix des méthodes de traitement de la scoliose de la colonne vertébrale du troisième degré.

Pronostic de récupération

La durée et le résultat du traitement dépendent du type de maladie, du degré de développement du processus pathologique. Avec le caractère rhumatismal de la pathologie, le traitement est long (plusieurs années), les périodes de rémission alternent avec des exacerbations. La nature auto-immune de la maladie n'élimine pas rapidement et complètement le risque d'inflammation de l'articulation sacro-iliaque.

La pathologie a un caractère infectieux? Avec le début opportun de la thérapie complexe, le pronostic est favorable. La durée du cours dépend du type de maladie de fond, par exemple, pour la tuberculose, le traitement dure 6, 9, 12 mois, un an, dans les cas graves, plus longtemps. L’état du système immunitaire est une nuance importante.

Mesures préventives

Recommandations simples:

  • activité physique quotidienne;
  • renforcement de l'immunité;
  • traitement opportun des pathologies infectieuses afin que les agents pathogènes ne pénètrent pas dans les articulations;
  • réduire le risque de stagnation pendant le travail sédentaire: échauffement périodique, changement de la position du corps;
  • refus de surcharger avec l'apparition de douleurs dans l'articulation;
  • visite opportune de la colonne vertébrale, discipline pendant le traitement.

Vidéo - un extrait de l'émission télévisée «Live is great!» Sur le traitement de la sacroiliite: