Pansement après l'hystérectomie: choisir un modèle et le faire soi-même

L'arthrite

Le retrait de l'utérus est une opération courante chez les femmes en âge de procréer tardif. L'hystérectomie affecte tout le corps de la femme, car l'organe principal du système reproducteur est enlevé. La manipulation prolonge la vie du patient, car elle est désignée dans les cas graves. Mais la qualité de vie se dégrade légèrement après une hystérectomie, qui affecte l'apparence d'une femme.

L'utilisation d'une ceinture élastique est une condition préalable à la récupération complète des tissus endommagés dans le corps. Ci-dessous, nous comprendrons quoi porter un bandage, comment l'utiliser et où le rechercher.

Pourquoi utiliser un pansement après une hystérectomie?

Les médecins insistent sur le fait que vous devez immédiatement porter un bandage après la chirurgie. Ceci est extrêmement nécessaire pour plusieurs raisons:

  • Confinement des organes internes aux mêmes endroits où ils se trouvaient avant l'opération.
  • Prévention de la divergence des sutures opératoires.
  • Réduire l'intensité de la douleur.
  • Un pansement postopératoire après l'ablation de l'utérus aide à renforcer les muscles du vagin.
  • Il aide à soutenir les os du bassin sous la charge. La ceinture prend en charge une partie de la charge, évitant la surcharge des os du bassin.
  • Aide à protéger les intestins des complications postopératoires.
  • Maximum ne permet pas la formation de hernies après une intervention chirurgicale.

Ces propriétés du bandage le rendent indispensable pour les patientes en convalescence après l'ablation de l'utérus.

Il existe plusieurs types de bandages pour les maladies gynécologiques. Pour un effet maximal, vous devez choisir le bon look et la bonne taille. Il est préférable de coordonner avec le médecin.

A quelle heure utiliser un pansement après la chirurgie?

Le cours du traitement avec cet article est déterminé par le docteur. La durée de son utilisation dépendra de plusieurs facteurs:

  • L'état du patient après l'opération, le médecin évalue les données externes et le bien-être de la femme.
  • Le taux de guérison des points de suture. Vous ne pouvez pas retirer le pansement avant la récupération complète des tissus du corps de la femme. Cela peut avoir des conséquences désastreuses.
  • Y a-t-il des complications? Avec diverses complications, le médecin détermine s'il est approprié d'utiliser un bandage afin de ne pas aggraver l'état du patient.
  • Si la pathologie de l'omission du vagin est diagnostiquée, une meilleure fixation peut être obtenue à l'aide d'un pantalon à pansement. Ils réparent l’entrejambe, contribuant ainsi à une meilleure qualité de vie des femmes. Fixé au corps du patient avec des agrafes.
au contenu ↑

Comment choisir un bandage?

Avant de choisir un pansement, étudiez les caractéristiques de ce pansement élastique. Une compression excessive de certaines parties du corps peut entraîner une altération de la circulation sanguine dans les tissus transmis. Pour cette raison, il est important de connaître votre taille, de choisir le tissu dont vous avez besoin et de l'habiller correctement.

Le pansement est en élastine, polyester, latex. Sa conception comprend des éléments en plastique médical pour soutenir le dos et le bas de l'abdomen.

Choisissez un bandage élastique avec un maillage spécial qui «respire». Si la ceinture contient de la gaze, il est préférable de ne pas acheter un tel pansement, car il est de courte durée.

Les fabricants n'ont pas de grille unidimensionnelle. Pour naviguer en taille, il est nécessaire de mesurer la circonférence de la taille et des hanches. Ceci est particulièrement important dans le choix des culottes. Le modèle final du pansement gynécologique est sélectionné par le médecin, il évalue l'état du patient, la probabilité de prolapsus vaginal et détermine le modèle.

Pour maintenir l'incision propre et hygiénique, il est recommandé d'acheter plusieurs pansements. En outre, différents modèles sont utilisés en fonction du degré de récupération du corps dans le champ d'activité. Il convient également de rappeler que la largeur du bandage doit être choisie de manière à ce que son bord se trouve à 2 cm au-dessus de la couture.

Règles de base du choix:

  • Le produit doit être fabriqué uniquement à partir de tissus naturels.
  • Une femme devrait s'y sentir à l'aise, même en cas d'usure prolongée.
  • Pour tout inconfort, vous devez changer le type de bandage de la ceinture à la culotte, de la culotte au short.
  • Essayez-le uniquement en position couchée, afin de fixer naturellement tous les organes internes.
  • Il est important de choisir une attache pratique. Ils sont représentés par de nombreux fabricants. Ce sont des chaînes, des flypapers, des fermetures à glissière et autres. Tout fermoir doit être confortable, ne pas frotter et ne pas pousser. Un choix commun pour les femmes est un corset. Il est bon car il possède des attaches à plusieurs niveaux, ce qui vous permet d’ajuster confortablement la position du bandage sur le corps.
  • Ne pas utiliser de bandages après quelqu'un. Les pansements de fixation usagés sont strictement interdits sur les sutures chirurgicales. Non seulement il a perdu son hygiène, mais il a également un effet d'entraînement qui n'a pas l'effet thérapeutique nécessaire.
au contenu ↑

Comment utiliser une ceinture élastique?

La période de récupération du corps après une intervention chirurgicale pour enlever l'utérus dure environ 2 mois, en fonction des caractéristiques du corps de la femme. L'utilisation du bandage est nommée pour toute la période. Combien de porter un pansement après l'ablation de l'utérus plusieurs heures par jour? Pour un effet thérapeutique, il suffit de ne pas l'utiliser plus de 12 heures par jour. Une utilisation de vingt-quatre heures entraîne une altération de la circulation sanguine dans les tissus corporels.

Il doit être porté en position couchée. Après le retrait, il est également recommandé de s’allonger quelques minutes, jambes affleurantes au muscle cardiaque.

Pansement DIY

Si une femme a des allergies à certains tissus, si elle a une silhouette atypique ou si des bandages confectionnés ne sont pas ajustés au corps, il est nécessaire de fabriquer le bandage lui-même après une hystérectomie.

Que faut-il pour la fabrication d'un bandage? Instructions pour les produits de couture.

  1. Préparez les accessoires de couture: tissu, fil, aiguille, ciseaux, épingles pour attacher le tissu avant la couture, centimètre, attaches, inserts rigides, motif.
  2. Nous déterminons le matériau: pour supporter les organes internes, le matériau doit être naturel et dense. Tissu idéal pour plaquettes, plié plusieurs fois.
  3. Il est important de choisir et d'insérer des éléments de fixation. Ils peuvent être en métal, en plastique et autres.
  4. Il est également important de choisir les bonnes attaches et de coudre. Ils peuvent être quelconques, mais il est nécessaire de coudre plusieurs rangées de crochets, avec une réserve de velcro, pour laisser un tissu pour la fermeture à glissière afin de régler l’étanchéité du produit au corps. Un exemple peut être vu sur la photo.
  5. Déterminer la taille des mesures prises, la construction du motif approximatif. À la base du motif, vous pouvez prendre un motif, une culotte ou un corset.
  6. Après avoir construit le motif approximatif, le matériau est coupé. Il est important de placer le motif dans la direction du fil de partage. Il ne donnera pas d'étirement excessif lors de l'utilisation.
  7. Après le calage, il est nécessaire d'essayer le produit. Seule la couture à l'avant ou sur le côté n'est pas marquée pour un ajustement facile. Ensuite, le produit est ajusté en fonction de la silhouette de la femme, toutes les coutures sont traitées à l’aide d’une machine à coudre.
  8. Tous les éléments de fixation supplémentaires sont cousus.
au contenu ↑

Où se procurer un bandage postopératoire?

La ceinture ou la culotte de fixation doit être portée pendant les premières heures après la chirurgie. Il est nécessaire de prendre soin de son acquisition à l'avance, en coordonnant votre achat avec votre médecin. Où est-il préférable d'acheter un bandage?

Les bandages de qualité, disponibles en plusieurs tailles, sont vendus dans les salons d’orthopédie ou dans les pharmacies spécialisées. Vous pouvez trouver certains types dans les pharmacies ordinaires, mais il existe un nombre limité de produits.

Parfois, des points de vente sont ouverts dans l'établissement médical où l'opération a été effectuée. Mais les prix peuvent être plus élevés que dans une pharmacie ou un salon. Dans le salon d'orthopédie, un médecin travaille pour vous conseiller de choisir la ceinture élastique correctement, en fonction des recommandations du médecin traitant.

Les prix abordables diffère fabricant "Unga", les prix de leurs produits commencent à partir de 500 roubles. Le prix moyen des bandages est de 1200 roubles et plus.

Conclusion

Après le retrait de l'utérus, le pansement est essentiel pour la restauration du corps. Les bandes élastiques sont différentes en termes de matériau, de type et de coût. Le choix de la bonne ceinture est une condition préalable au rétablissement rapide après une intervention chirurgicale.

Ai-je besoin d'un pansement après l'ablation de l'utérus et comment choisir

En Russie, l'hystérectomie (ablation chirurgicale de l'utérus) est une opération pratiquée en dernier recours. Habituellement, quand une tumeur maligne est détectée. En Europe, cependant, une telle opération est pratiquée plus souvent par des femmes de plus de 40 ans afin de prévenir le développement de pathologies cancéreuses.

Après une intervention chirurgicale pour enlever l'utérus, il est nécessaire de porter un bandage postopératoire. Il est recommandé de porter le pansement après le retrait de l'utérus dès les premières minutes. Cela aidera à maintenir les organes internes dans la position anatomique et à empêcher les coutures de diverger. En outre, le port d'un corset réduit la douleur chez les femmes opérées. Pour que le bandage soit efficace au maximum, il est nécessaire de pouvoir choisir le modèle correctement.

Pourquoi avez-vous besoin d'un pansement après l'ablation de l'utérus

Un pansement postopératoire correctement porté a un effet efficace sur le corps de la femme:

  • réduit la douleur immédiatement après la chirurgie;
  • fixe les coutures opérationnelles et empêche leur divergence;
  • fournit une pression externe sur le joint, ce qui oriente les fibres de fibrine dans la bonne direction, ce qui empêche le développement de cicatrices chéloïdes;
  • répare les organes internes;
  • répare les os du bassin des surcharges;
  • renforce les muscles vaginaux;
  • réduit le risque de hernie après la chirurgie;
  • réduit le risque de développer des pathologies intestinales.

Grâce à sa conception, le corset aide la femme à passer de la période postopératoire sans problèmes ni complications. Cependant, plusieurs types de bandages peuvent être recommandés pour le port après une hystérectomie. Pour choisir le bon modèle, vous devez consulter votre médecin avant l'opération.

Types de bandages postopératoires

Dans les magasins spécialisés en orthopédie, vous pouvez trouver plusieurs types de bandages gynécologiques postopératoires:

Pantalon de pansement

Ce modèle recouvre les os du bassin avec le périnée pour une fixation serrée des organes internes. Le produit est fixé avec des attaches ajustables. Vous devez porter le modèle dès les premières heures après l'opération.

Short à pansement

Le modèle pratique et pratique est conçu pour la saison froide. Le plus souvent, la fixation se fait à l'aide de velcro, mais on peut la trouver en vente et sur les modèles à fermeture à glissière.

Bandage de bande

C'est une large bande élastique, fixant les organes en toute sécurité. Ce modèle rappelle la ceinture post-partum, mais il doit également être porté pendant les premières heures après la chirurgie. C'est l'option la plus pratique pour la période de réadaptation précoce. Le modèle est fixé par velcro.

Le bon modèle devrait s'asseoir confortablement sur une femme, sans restreindre les mouvements.

Contre-indications

Il existe un certain nombre de contre-indications au port du produit. Étant donné que la bande gynécologique postopératoire après l'ablation de l'utérus exerce une fonction de relâchement, elle ne peut pas être portée chez les patientes souffrant de:

  • certaines maladies du tractus gastro-intestinal: par exemple, en cas d’ulcère gastrique et duodénal;
  • réaction allergique individuelle au matériau;
  • maladies dermatologiques, ainsi que d'avoir des plaies sur la peau;
  • maladie rénale, accompagnée de gonflement.

Dans tous ces cas, le médecin peut recommander un autre modèle ou un autre fabricant qui fabrique des produits à partir d'un autre matériau.

Comment choisir un pansement postopératoire

Un corset de réparation de haute qualité avec le bon choix ne causera aucun dommage à la santé. Les propriétés de soutien du produit fournissent un matériau dense et élastique de haute qualité. Pour de nombreux modèles, la conception prévoit la présence d'une grille de ventilation spéciale. Lorsque vous choisissez un pansement confortable, vous devez respecter les règles suivantes:

  • Le meilleur choix est des tissus naturels. Même si un corset en coton coûtera plus cher qu'un synthétique, il sera beaucoup plus confortable à porter.
  • Le port du corset ne nécessite que le temps recommandé par le médecin.
  • Si un modèle de bandage provoque un inconfort, assurez-vous d’en essayer un autre lorsque vous le portez. Par exemple, si la ceinture ne vous va pas, changez-la en short. La douleur ne peut être tolérée pendant le port.
  • Étant donné que la femme devra rester allongée après l'opération pendant un certain temps, vous devez également essayer le produit uniquement en position couchée afin de choisir un modèle confortable.
  • Les cordes pour les corsets peuvent être très différentes: des cordes en coton aux fermetures à glissière. Il est très important de choisir le type de fixation qui peut causer un inconfort. Le meilleur choix serait des attaches réglables, avec lesquelles vous pouvez librement ajuster le produit si nécessaire.
  • En aucun cas, ne peut pas acheter un pansement, car, d’une part, il n’est plus hygiénique, et, d’autre part, ses propriétés de traînée se sont détériorées.
  • Le pansement doit être lavé car il est sale, surtout en été, pour ne pas devenir un terrain fertile pour les bactéries pathogènes.
  • La taille du pansement doit être choisie de manière à ne pas trop serrer la suture postopératoire. La largeur du produit doit être choisie de manière à ce que le bord supérieur se trouve à quelques centimètres au-dessus et au-dessous du joint, sans frotter. La bonne taille est très importante. Sinon, le produit pourrait même aggraver la situation. Vous devez ramasser le produit selon les mesures sur la partie la plus large des hanches.

Seul un pansement bien choisi et résistant pendant toute la période recommandée par le médecin aidera la femme à supporter cette période postopératoire difficile sans complications.

Périodes recommandées de port d'un pansement après la chirurgie

Après le retrait, la période de rééducation dure environ 2 mois. Un pansement postopératoire après l'ablation de l'utérus est porté pendant toute la période. Chaque jour, vous pouvez porter un bandage de 6 à 12 heures, selon le modèle, pour ne pas perturber la circulation sanguine. Après avoir retiré le pansement, une femme devrait s’allonger dans une position horizontale et s’allonger un peu afin que ses jambes soient au même niveau que son cœur. Dans certains cas, le port d'un pansement n'est pas nécessaire: si les tissus sont bien restaurés ou si la peau du patient est lâche.

Comment porter un bandage après l'ablation de l'utérus

Portez un pansement pour vous allonger. Il est nécessaire de le redresser de sorte que le milieu de la bande soit au milieu de l'abdomen. Ensuite, en tenant un bord, vous devez serrer le second et relier les deux parties de la fixation. La ceinture devrait créer une pression notable sur l’estomac mais ne pas causer de douleur.

Vous pouvez porter un corset sur un t-shirt fin. Ainsi, la ceinture n'irrite pas la cicatrice et ne frotte pas la peau. Si vous ressentez soudainement une sensation de douleur, des démangeaisons ou une rougeur et que la cicatrice s'aggrave, vous devez consulter un médecin. Une infection peut pénétrer dans la cicatrice.

Comment choisir un pansement gynécologique postopératoire

Pour améliorer le bien-être après plusieurs chirurgies gynécologiques et une récupération rapide du corps, il peut être recommandé aux femmes de porter un corset. Dans quels cas utilise-t-on un bandage gynécologique postopératoire? Combien de temps devra-t-il être porté? Et comment choisir le bon type de produits?

Pourquoi avez-vous besoin d'un pansement après la chirurgie?


Les situations dans lesquelles l’aide d’un pansement spécial sera indispensable sont divers types de pathologies de l’utérus (omission, prolapsus), son élimination, ainsi que l’accouchement par césarienne.

Les complications les plus courantes dans l'utérus surviennent après l'accouchement, lorsque les muscles qui le retiennent perdent leur élasticité. Dans certains cas, le tissu musculaire peut récupérer de manière indépendante. Lorsqu'il existe une menace potentielle que cela ne se produise pas, un pansement spécial vient à la rescousse après l'accouchement, ce qui aide les muscles à maintenir l'organe et améliore le tonus musculaire de l'utérus lui-même.

Le pansement ne gêne pas les mouvements et les inserts en plastique exercent une pression sur la paroi abdominale, empêchant ainsi les organes internes de changer de position.

Après une hystérectomie (ablation de l'utérus), il est également recommandé d'utiliser un pansement pendant toute la phase de rééducation, qui dure plusieurs mois. Il aidera:

  • réduire la douleur après la chirurgie;
  • éviter la discordance des sutures postopératoires;
  • fournir un soutien fiable aux organes internes,
  • renforcer les muscles vaginaux;
  • réparera les os du bassin et leur fournira une protection contre les surcharges;
  • réduire le risque de pathologies intestinales et de hernie.

Pour éviter les anomalies utérines après la grossesse, vous devrez peut-être porter un pansement pendant toute la période. Cependant, cela ne devrait être fait qu'après une consultation qualifiée avec un gynécologue, car un pansement avec des inserts en plastique peut exercer une pression excessive sur le péritoine et le fœtus et, par conséquent, des pathologies du développement de l'enfant sont possibles.

Caractéristiques bandage gynécologique


Contrairement aux autres bandages postopératoires, les modèles pour femmes présentent un certain nombre de caractéristiques distinctives:

  • lorsque l'utérus est abaissé, on utilise un bandage qui couvre non seulement les hanches, mais aussi le périnée et est fixé à l'aide d'attaches;
  • La conception des orthèses gynécologiques est telle que beaucoup d’entre elles peuvent être portées sous les vêtements et ne briseront pas le rythme de vie habituel.

Comment choisir un pansement


Afin de ne pas gêner la circulation sanguine, ce qui peut entraîner une hypoxie (manque d'oxygène) et des anomalies du développement de l'enfant, ainsi que pour éviter toute compression excessive de la cavité abdominale et complications postopératoires, vous devez choisir un pansement correspondant à la partie souhaitée de la densité abdominale. Il sera déterminé par le matériau à partir duquel le modèle est cousu et par la construction du cadre en plastique.

Les bandages gynécologiques peuvent être faits de latex, d'élastine et de polyester et avoir différentes configurations d'inserts en plastique médical. Il est important que les matériaux soient aussi naturels que possible et ne causent pas de gêne lors du port du bandage.

La base de la sélection est non seulement la configuration (ceinture ou culotte), mais aussi la taille. Les fabricants n'adhérant pas à une grille de taille uniforme, une femme doit donc mesurer indépendamment le tour de taille (pendant la grossesse - sous le ventre), ainsi que le tour de hanche.

La largeur typique du produit est de 23 cm. Vous pouvez également trouver en vente des courroies d'une largeur de 20, 25, 28 et 30 cm. N'oubliez pas que la courroie doit fermer la suture postopératoire d'au moins 1 cm de chaque côté.

Le médecin devra choisir un modèle prenant en compte ses fonctions, son état et l'équipement du patient, le succès de l'opération.

Comment et combien de porter un bandage après l'ablation de l'utérus


La période de rééducation après une hystérectomie dure en moyenne deux mois. Un bandage après le retrait de l'utérus doit être porté pendant toute cette période.

Cependant, la durée d'utilisation quotidienne ne doit pas dépasser 12 heures, afin de ne pas perturber la circulation sanguine.

Après l'avoir retiré, vous devez rester en position horizontale pendant un certain temps, les jambes au niveau du cœur.

Un pansement postopératoire gynécologique contribuera au rétablissement rapide du corps, à la réduction de la douleur et à l’amélioration de la confiance des femmes. L'efficacité de son utilisation sera élevée si le patient a l'intention de suivre strictement les conseils du médecin traitant.

Pansement gynécologique postopératoire après ablation de l'utérus

L'hystérectomie est une opération visant à enlever l'utérus, ce qui en soi fait très peur aux femmes, mais cette mesure est pratiquée depuis longtemps en Europe et est pratiquée principalement par des femmes ayant atteint l'âge de 40 ans. Cette opération est réalisée dans le but de protéger à l'avenir la femme de l'apparition d'un cancer de l'appareil reproducteur.

La question principale et fréquemment posée est le port d'un corset postopératoire (bandage). En fait, c'est le pansement après l'ablation de l'utérus qui fait partie intégrante de la période de rééducation après l'opération. Les experts soulignent que le corset postopératoire doit être porté dès les premières minutes après l'opération. Cela est nécessaire pour maintenir les organes internes dans une certaine position et, surtout, dans les premiers jours, pour éviter la divergence des sutures postopératoires. La réduction de la douleur chez les patients fait partie intégrante de l’impact du pansement postopératoire, mais pour qu’il puisse remplir ses fonctions, il est nécessaire de choisir celui qui convient le mieux à la situation.

Le but fonctionnel du bandage médical

Le pansement postopératoire a un effet positif sur le corps de la femme après la chirurgie, seulement s’il est porté correctement et pendant une longue période:

  • réduction de la douleur dans les premières heures (jours) après la chirurgie;
  • prévention de la divergence des sutures opératoires;
  • fixation des organes internes;
  • renforcement des muscles vaginaux;
  • fixation des os du bassin pour assurer une protection contre les surcharges éventuelles;
  • une réduction significative du risque de diverses pathologies intestinales dues à la chirurgie;
  • réduire le risque de formation de hernie postopératoire.

Toutes ces fonctions du corset postopératoire aident la femme à transférer la période postopératoire sans aucun problème.

Pour choisir le bon type de produit gynécologique, il est nécessaire de consulter un spécialiste. Combien il est nécessaire de porter un corset détermine également un spécialiste.

Les experts appellent un corset postopératoire gynécologique, précisément en raison de son objectif direct. Le pansement gynécologique pour femmes présente des caractéristiques distinctives par rapport à d’autres types de produits.

Il existe plusieurs types de bandages postopératoires pour les femmes.

  • Bandage-pants - couvre les os du bassin et du périnée pour une fixation fiable des organes internes. Correction d'un tel produit utilisant des attaches pour contrôler la force de fixation. Il est nécessaire de porter un tel pansement dès les premières heures après l'opération.
  • Short à bandage (bermuda) - un type de pantalon à bandage. Conçu pour être porté pendant la saison froide est très confortable et pratique. Le bandage est fixé à l'aide de velcro et une fermeture à glissière latérale est possible.
  • Le bandage est une bande élastique large qui fixe de manière fiable les organes dans la zone opérée. La fixation du bandage se fait avec du velcro. Ce type de produit ressemble à la ceinture post-partum, mais il convient également à l’hystérectomie, même dans les premières heures suivant la chirurgie. Une telle ceinture doit être mise dans les heures qui suivent l'opération: c'est l'option la plus pratique en début de période de rééducation.

Des variétés de corsets postopératoires permettent à la patiente de choisir un modèle dans lequel elle sera à l'aise, peu importe combien de fois elle le porte et qui ne gênera pas ses mouvements. C'est le pansement correctement choisi qui permet à une femme de mener une vie bien remplie au moment où le processus de réadaptation bat son plein.

Contre-indications pour l'utilisation du corset

Lorsque vous choisissez un produit après une intervention chirurgicale, vous devez consulter un médecin, car le produit présente un certain nombre de contre-indications pour la santé de la femme, en particulier pour celles qui ont subi une ablation utérine. Le produit, de par sa conception, remplit non seulement la fonction de fixation et de support, mais également d’amincissement, ce qui entraîne diverses contre-indications à l’usure chez certains patients. Ces contre-indications des médecins comprennent:

  • maladies du tractus gastro-intestinal (l'utilisation d'un bandage n'est pas recommandée en cas d'ulcère de l'estomac ou du duodénum);
  • une réaction allergique au tissu dont est fait le corset;
  • diverses maladies de la peau (eczéma, tumeurs, plaies);
  • maladie rénale accompagnée de gonflement.

Dans le cas où il existe de telles contre-indications au port d'un pansement, les médecins peuvent conseiller un pansement fabriqué à partir d'un type de tissu différent ou choisir un autre modèle qui n'aggrave pas la condition de la femme. Les médecins préciseront également combien il est nécessaire de porter un corset, en s’appuyant sur l’état de santé pris individuellement.

La durée du port d'un bandage est déterminée uniquement par le médecin.

La taille correcte pour le produit de fixation est importante. Si la taille n'est pas choisie correctement et qu'elle est trop petite ou trop grande pour le patient, le pansement n'aura pas d'effet positif sur le corps, mais au contraire aggravera la situation. Bien entendu, la meilleure solution lors du choix de la taille est le raccord le plus ordinaire. Au cas où, pour une raison quelconque, cela serait impossible, vous devez effectuer des mesures dans la partie la plus large possible des hanches et de la taille. Ensuite, les données obtenues sont vérifiées avec les données du package.

Bon choix

Lorsque vous choisissez un bandage postopératoire confortable à porter, vous devez suivre des règles simples.

  • Le matériel de bandage est uniquement des tissus naturels. La meilleure solution serait d’acheter un corset en coton, même s’il coûte un peu plus cher qu’un synthétique.
  • Le confort est primordial. Ne vous fiez pas aux conseils des autres, car la structure du corps de chaque femme individuellement et qui convient à une patiente peut ne pas s’adapter à l’autre. En particulier, cela concerne la durée du port. Chaque femme devrait porter un corset aussi longtemps que le médecin le lui a prescrit.
  • Type de bandage. Si, par exemple, la ceinture de bandage provoque une gêne, il est très important d'essayer de la changer pour une culotte ou un short et en aucun cas, ne supportez pas la douleur.
  • Position en essayant. Chaque produit a une certaine fixation, la position lors du montage peut varier. Après avoir retiré l'utérus du bandage, il faut fixer les organes internes, il faut essayer exactement en position couchée.
  • Voir les attaches. Les attaches peuvent être toutes possibles: des cordes aux fermetures à glissière, l’essentiel lorsqu’on choisit de se rappeler que les attaches ne doivent en aucun cas se frotter, causer de l’inconfort, et même plus de douleur. La meilleure solution consiste à utiliser des corsets dotés d'attaches à plusieurs niveaux. Ils vous permettent d'ajuster librement le produit si nécessaire, quel que soit le temps passé par une femme dans un corset.
  • produit usagé - NON! En aucun cas, n'achetez pas de bandeau usagé, car il n'est plus propre de manière hygiénique et, du fait qu'il était déjà utilisé, les propriétés de traînée ont été considérablement réduites et il est peu probable que le patient se sente parfaitement ajusté au corps.

Pour que le produit remplisse pleinement ses fonctions, c'est le look correctement choisi et le port prolongé qui aideront la femme à passer de la période postopératoire sans complications. Dans tous les cas, si vous avez des questions, vous devez toujours contacter un spécialiste pour obtenir des conseils. N'attendez pas les conseils des femmes qui occupaient le même poste, car chacune d'entre elles est individuelle.

Bandage gynécologique post-opératoire après le retrait de l'utérus pour acheter

Le retrait de l'utérus est une opération courante chez les femmes en âge de procréer tardif. L'hystérectomie affecte tout le corps de la femme, car l'organe principal du système reproducteur est enlevé. La manipulation prolonge la vie du patient, car elle est désignée dans les cas graves. Mais la qualité de vie se dégrade légèrement après une hystérectomie, qui affecte l'apparence d'une femme.

L'utilisation d'une ceinture élastique est une condition préalable à la récupération complète des tissus endommagés dans le corps. Ci-dessous, nous comprendrons quoi porter un bandage, comment l'utiliser et où le rechercher.

Pourquoi utiliser un pansement après une hystérectomie?

Les médecins insistent sur le fait que vous devez immédiatement porter un bandage après la chirurgie. Ceci est extrêmement nécessaire pour plusieurs raisons:

  • Confinement des organes internes aux mêmes endroits où ils se trouvaient avant l'opération.
  • Prévention de la divergence des sutures opératoires.
  • Réduire l'intensité de la douleur.
  • Un pansement postopératoire après l'ablation de l'utérus aide à renforcer les muscles du vagin.
  • Il aide à soutenir les os du bassin sous la charge. La ceinture prend en charge une partie de la charge, évitant la surcharge des os du bassin.
  • Aide à protéger les intestins des complications postopératoires.
  • Maximum ne permet pas la formation de hernies après une intervention chirurgicale.

Ces propriétés du bandage le rendent indispensable pour les patientes en convalescence après l'ablation de l'utérus.

Il existe plusieurs types de bandages pour les maladies gynécologiques. Pour un effet maximal, vous devez choisir le bon look et la bonne taille. Il est préférable de coordonner avec le médecin.

A quelle heure utiliser un pansement après la chirurgie?

Le cours du traitement avec cet article est déterminé par le docteur. La durée de son utilisation dépendra de plusieurs facteurs:

  • L'état du patient après l'opération, le médecin évalue les données externes et le bien-être de la femme.
  • Le taux de guérison des points de suture. Vous ne pouvez pas retirer le pansement avant la récupération complète des tissus du corps de la femme. Cela peut avoir des conséquences désastreuses.
  • Y a-t-il des complications? Avec diverses complications, le médecin détermine s'il est approprié d'utiliser un bandage afin de ne pas aggraver l'état du patient.
  • Si la pathologie de l'omission du vagin est diagnostiquée, une meilleure fixation peut être obtenue à l'aide d'un pantalon à pansement. Ils réparent l’entrejambe, contribuant ainsi à une meilleure qualité de vie des femmes. Fixé au corps du patient avec des agrafes.

Comment choisir un bandage?

Avant de choisir un pansement, étudiez les caractéristiques de ce pansement élastique. Une compression excessive de certaines parties du corps peut entraîner une altération de la circulation sanguine dans les tissus transmis. Pour cette raison, il est important de connaître votre taille, de choisir le tissu dont vous avez besoin et de l'habiller correctement.

Le pansement est en élastine, polyester, latex. Sa conception comprend des éléments en plastique médical pour soutenir le dos et le bas de l'abdomen.

Choisissez un bandage élastique avec un maillage spécial qui «respire». Si la ceinture contient de la gaze, il est préférable de ne pas acheter un tel pansement, car il est de courte durée.

Les fabricants n'ont pas de grille unidimensionnelle. Pour naviguer en taille, il est nécessaire de mesurer la circonférence de la taille et des hanches. Ceci est particulièrement important dans le choix des culottes. Le modèle final du pansement gynécologique est sélectionné par le médecin, il évalue l'état du patient, la probabilité de prolapsus vaginal et détermine le modèle.

Pour maintenir l'incision propre et hygiénique, il est recommandé d'acheter plusieurs pansements. En outre, différents modèles sont utilisés en fonction du degré de récupération du corps dans le champ d'activité. Il convient également de rappeler que la largeur du bandage doit être choisie de manière à ce que son bord se trouve à 2 cm au-dessus de la couture.

Règles de base du choix:

  • Le produit doit être fabriqué uniquement à partir de tissus naturels.
  • Une femme devrait s'y sentir à l'aise, même en cas d'usure prolongée.
  • Pour tout inconfort, vous devez changer le type de bandage de la ceinture à la culotte, de la culotte au short.
  • Essayez-le uniquement en position couchée, afin de fixer naturellement tous les organes internes.
  • Il est important de choisir une attache pratique. Ils sont représentés par de nombreux fabricants. Ce sont des chaînes, des flypapers, des fermetures à glissière et autres. Tout fermoir doit être confortable, ne pas frotter et ne pas pousser. Un choix commun pour les femmes est un corset. Il est bon car il possède des attaches à plusieurs niveaux, ce qui vous permet d’ajuster confortablement la position du bandage sur le corps.
  • Ne pas utiliser de bandages après quelqu'un. Les pansements de fixation usagés sont strictement interdits sur les sutures chirurgicales. Non seulement il a perdu son hygiène, mais il a également un effet d'entraînement qui n'a pas l'effet thérapeutique nécessaire.

Comment utiliser une ceinture élastique?

La période de récupération du corps après une intervention chirurgicale pour enlever l'utérus dure environ 2 mois, en fonction des caractéristiques du corps de la femme. L'utilisation du bandage est nommée pour toute la période. Combien de porter un pansement après l'ablation de l'utérus plusieurs heures par jour? Pour un effet thérapeutique, il suffit de ne pas l'utiliser plus de 12 heures par jour. Une utilisation de vingt-quatre heures entraîne une altération de la circulation sanguine dans les tissus corporels.

Il doit être porté en position couchée. Après le retrait, il est également recommandé de s’allonger quelques minutes, jambes affleurantes au muscle cardiaque.

Pansement DIY

Si une femme a des allergies à certains tissus, si elle a une silhouette atypique ou si des bandages confectionnés ne sont pas ajustés au corps, il est nécessaire de fabriquer le bandage lui-même après une hystérectomie.

Que faut-il pour la fabrication d'un bandage? Instructions pour les produits de couture.

  1. Préparez les accessoires de couture: tissu, fil, aiguille, ciseaux, épingles pour attacher le tissu avant la couture, centimètre, attaches, inserts rigides, motif.
  2. Nous déterminons le matériau: pour supporter les organes internes, le matériau doit être naturel et dense. Tissu idéal pour plaquettes, plié plusieurs fois.
  3. Il est important de choisir et d'insérer des éléments de fixation. Ils peuvent être en métal, en plastique et autres.
  4. Il est également important de choisir les bonnes attaches et de coudre. Ils peuvent être quelconques, mais il est nécessaire de coudre plusieurs rangées de crochets, avec une réserve de velcro, pour laisser un tissu pour la fermeture à glissière afin de régler l’étanchéité du produit au corps. Un exemple peut être vu sur la photo.
  5. Déterminer la taille des mesures prises, la construction du motif approximatif. À la base du motif, vous pouvez prendre un motif, une culotte ou un corset.
  6. Après avoir construit le motif approximatif, le matériau est coupé. Il est important de placer le motif dans la direction du fil de partage. Il ne donnera pas d'étirement excessif lors de l'utilisation.
  7. Après le calage, il est nécessaire d'essayer le produit. Seule la couture à l'avant ou sur le côté n'est pas marquée pour un ajustement facile. Ensuite, le produit est ajusté en fonction de la silhouette de la femme, toutes les coutures sont traitées à l’aide d’une machine à coudre.
  8. Tous les éléments de fixation supplémentaires sont cousus.

Où se procurer un bandage postopératoire?

La ceinture ou la culotte de fixation doit être portée pendant les premières heures après la chirurgie. Il est nécessaire de prendre soin de son acquisition à l'avance, en coordonnant votre achat avec votre médecin. Où est-il préférable d'acheter un bandage?

Les bandages de qualité, disponibles en plusieurs tailles, sont vendus dans les salons d’orthopédie ou dans les pharmacies spécialisées. Vous pouvez trouver certains types dans les pharmacies ordinaires, mais il existe un nombre limité de produits.

Parfois, des points de vente sont ouverts dans l'établissement médical où l'opération a été effectuée. Mais les prix peuvent être plus élevés que dans une pharmacie ou un salon. Dans le salon d'orthopédie, un médecin travaille pour vous conseiller de choisir la ceinture élastique correctement, en fonction des recommandations du médecin traitant.

Les prix abordables diffère fabricant "Unga", les prix de leurs produits commencent à partir de 500 roubles. Le prix moyen des bandages est de 1200 roubles et plus.

Conclusion

Après le retrait de l'utérus, le pansement est essentiel pour la restauration du corps. Les bandes élastiques sont différentes en termes de matériau, de type et de coût. Le choix de la bonne ceinture est une condition préalable au rétablissement rapide après une intervention chirurgicale.

Pantalon de pansement

Ce modèle recouvre les os du bassin avec le périnée pour une fixation serrée des organes internes. Le produit est fixé avec des attaches ajustables. Vous devez porter le modèle dès les premières heures après l'opération.

Short à pansement

Le modèle pratique et pratique est conçu pour la saison froide. Le plus souvent, la fixation se fait à l'aide de velcro, mais on peut la trouver en vente et sur les modèles à fermeture à glissière.

Bandage de bande

C'est une large bande élastique, fixant les organes en toute sécurité. Ce modèle rappelle la ceinture post-partum, mais il doit également être porté pendant les premières heures après la chirurgie. C'est l'option la plus pratique pour la période de réadaptation précoce. Le modèle est fixé par velcro.

Le bon modèle devrait s'asseoir confortablement sur une femme, sans restreindre les mouvements.

Il existe un certain nombre de contre-indications au port du produit. Étant donné que la bande gynécologique postopératoire après l'ablation de l'utérus exerce une fonction de relâchement, elle ne peut pas être portée chez les patientes souffrant de:

  • certaines maladies du tractus gastro-intestinal: par exemple, en cas d’ulcère gastrique et duodénal;
  • réaction allergique individuelle au matériau;
  • maladies dermatologiques, ainsi que d'avoir des plaies sur la peau;
  • maladie rénale, accompagnée de gonflement.

Dans tous ces cas, le médecin peut recommander un autre modèle ou un autre fabricant qui fabrique des produits à partir d'un autre matériau.

Un corset de réparation de haute qualité avec le bon choix ne causera aucun dommage à la santé. Les propriétés de soutien du produit fournissent un matériau dense et élastique de haute qualité. Pour de nombreux modèles, la conception prévoit la présence d'une grille de ventilation spéciale. Lorsque vous choisissez un pansement confortable, vous devez respecter les règles suivantes:

  • Le meilleur choix est des tissus naturels. Même si un corset en coton coûtera plus cher qu'un synthétique, il sera beaucoup plus confortable à porter.
  • Le port du corset ne nécessite que le temps recommandé par le médecin.
  • Si un modèle de bandage provoque un inconfort, assurez-vous d’en essayer un autre lorsque vous le portez. Par exemple, si la ceinture ne vous va pas, changez-la en short. La douleur ne peut être tolérée pendant le port.
  • Étant donné que la femme devra rester allongée après l'opération pendant un certain temps, vous devez également essayer le produit uniquement en position couchée afin de choisir un modèle confortable.
  • Les cordes pour les corsets peuvent être très différentes: des cordes en coton aux fermetures à glissière. Il est très important de choisir le type de fixation qui peut causer un inconfort. Le meilleur choix serait des attaches réglables, avec lesquelles vous pouvez librement ajuster le produit si nécessaire.
  • En aucun cas, ne peut pas acheter un pansement, car, d’une part, il n’est plus hygiénique, et, d’autre part, ses propriétés de traînée se sont détériorées.
  • Le pansement doit être lavé car il est sale, surtout en été, pour ne pas devenir un terrain fertile pour les bactéries pathogènes.
  • La taille du pansement doit être choisie de manière à ne pas trop serrer la suture postopératoire. La largeur du produit doit être choisie de manière à ce que le bord supérieur se trouve à quelques centimètres au-dessus et au-dessous du joint, sans frotter. La bonne taille est très importante. Sinon, le produit pourrait même aggraver la situation. Vous devez ramasser le produit selon les mesures sur la partie la plus large des hanches.

Seul un pansement bien choisi et résistant pendant toute la période recommandée par le médecin aidera la femme à supporter cette période postopératoire difficile sans complications.

Après le retrait, la période de rééducation dure environ 2 mois. Un pansement postopératoire après l'ablation de l'utérus est porté pendant toute la période. Chaque jour, vous pouvez porter un bandage de 6 à 12 heures, selon le modèle, pour ne pas perturber la circulation sanguine. Après avoir retiré le pansement, une femme devrait s’allonger dans une position horizontale et s’allonger un peu afin que ses jambes soient au même niveau que son cœur. Dans certains cas, le port d'un pansement n'est pas nécessaire: si les tissus sont bien restaurés ou si la peau du patient est lâche.

Portez un pansement pour vous allonger. Il est nécessaire de le redresser de sorte que le milieu de la bande soit au milieu de l'abdomen. Ensuite, en tenant un bord, vous devez serrer le second et relier les deux parties de la fixation. La ceinture devrait créer une pression notable sur l’estomac mais ne pas causer de douleur.

Vous pouvez porter un corset sur un t-shirt fin. Ainsi, la ceinture n'irrite pas la cicatrice et ne frotte pas la peau. Si vous ressentez soudainement une sensation de douleur, des démangeaisons ou une rougeur et que la cicatrice s'aggrave, vous devez consulter un médecin. Une infection peut pénétrer dans la cicatrice.

Top 5 des avantages après l’utilisation de bandages gynécologiques postopératoires

Le pansement après l'ablation de l'utérus et des ovaires, des kystes et d'autres interventions chirurgicales sur les organes de l'appareil reproducteur féminin constitue un soutien indispensable pour la période de rétablissement. Ces produits présentent plusieurs avantages:

  1. Ils ont un ajustement confortable et ne comportent pas d'éléments structurels susceptibles d'irriter la zone de couture.
  2. Ils tiennent la paroi abdominale, ne permettent pas de relâcher complètement les muscles, ce qui aide les tissus enflammés à ne pas s'irriter et les coutures guérissent plus rapidement.
  3. Ils fournissent une compression thérapeutique, de sorte que la circulation sanguine et le trophisme tissulaire soient maintenus à un niveau sain.
  4. Ces produits sont faciles à manipuler, ils sont faciles à enlever et à mettre vous-même, il est pratique d’ajuster le degré de fixation.
  5. Ils soutiennent les organes internes dans la position correcte et empêchent le déplacement, l’omission des organes pelviens.

Types de bandages gynécologiques postopératoires

Dans le magasin en ligne dans ortomil.ru. Vous pouvez acheter un pansement postopératoire après le retrait de l'utérus ou des ovaires, le retrait des kystes et des tumeurs. Les produits peuvent être sous la forme de: une ceinture élastique, un corset de fixation, un pantalon. Les deux premiers types de force exercent une pression sur la fixation de l'abdomen et du bas du dos, tandis que les derniers fournissent en outre un soutien au périnée.

Que rechercher lors du choix

Si vous décidez d'acheter un bandeau gynécologique postopératoire, nous vous recommandons de consulter votre médecin à l'avance. Il vous indiquera les niveaux de fixation et de compression dont vous avez besoin.

Tout pansement postopératoire après l'ablation de l'utérus, des ovaires et d'autres opérations gynécologiques doit être sélectionné pour chaque taille. Sinon, vous risquez que le produit soit trop gratuit et inutile ou proche et traumatisant.

Acheter un pansement gynécologique postopératoire

Acheter un pansement gynécologique postopératoire peut être en Ortomil.ru. Si vous n'habitez pas à Moscou, nous vous livrerons le produit par le service postal opérationnel. Pour ne pas vous tromper dans la sélection du produit, consultez gratuitement notre spécialiste.

Caractéristiques

Avant d'envisager une rééducation après l'ablation de l'utérus, il convient de noter que l'utérus peut être retiré de différentes manières. Les plus couramment utilisés sont les 2 types suivants: amputation avec préservation du col de l'utérus et extirpation avec extraction du col de l'utérus et d'une partie du vagin.

Après l'ablation de l'utérus par amputation, le moignon cervical reste. Pendant la période de rééducation, les points de suture sur le col utérin guérissent progressivement, éventuellement en raison du processus inflammatoire. Si l'utérus a été enlevé à cause de l'oncologie, la tumeur peut reprendre dans la région cervicale, elle devra alors aussi être enlevée.

Après la guérison complète, le moignon empêche l’environnement de communiquer avec les organes pelviens. Dans ce cas, la qualité de vie d'une femme ne change pas. Le vagin ne change pas de taille et ne devient pas moins sensible, ainsi une femme peut avoir des relations sexuelles en toute sécurité.

Le médecin surveille la taille du moignon cervical pendant et après la période de réadaptation. Normalement, l'œdème dans la zone de la souche devrait complètement disparaître d'ici la fin de la période de réadaptation. Suivre son état avec une échographie. Si le moignon commence à se développer quelque temps après le retrait de l'utérus, le médecin peut suspecter une tumeur.

Réhabilitation

Comment vivre après l'ablation de l'utérus intéresse beaucoup de femmes. Comme on le sait, l’utérus est un organe musculaire qui participe au processus de fécondation et au développement du fœtus pendant la grossesse. C'est à l'intérieur de l'utérus que le bébé mange, grandit et se développe jusqu'à la naissance.

Ainsi, l'ablation de l'utérus pour la plupart des patientes devient un coup sérieux. Car après le retrait du corps, la grossesse devient naturellement impossible. Si une femme planifie des enfants, l'ablation de l'utérus ne sera effectuée qu'en dernier recours, lorsqu'il n'y a pas d'autre issue.

Dans ce cas, vous devez comprendre qu'il existe une menace pour la vie du patient. Et l'utérus doit être sacrifié pour survivre. Si vous quittez le corps, la femme ne pourra toujours pas accoucher en raison d'une pathologie grave. Même la mort et des complications graves pour la santé sont possibles.

La rééducation après une hystérectomie dépend du mode opératoire. Le retrait de l'utérus peut être effectué sans incision externe à travers le vagin, sans utiliser d'appareil endoscopique. Cette méthode est le plus souvent choisie par les chirurgiens, car son impact est faible et la récupération après moins de temps.

En cas d'urgence, une chirurgie abdominale est réalisée. S'il y a un danger pour la vie et qu'il n'y a pas assez de temps pour la préparation, le médecin fait une incision dans la paroi abdominale et effectue toutes les manipulations nécessaires. Après cette méthode, une cicatrice reste sur l'estomac, la durée de la rééducation augmente dans ce cas.

La période de récupération après la chirurgie est normalement de 10 jours environ. Il faudra au moins un mois pour restaurer complètement le corps. Voyons en détail comment se passe la période de rééducation après le retrait de l'utérus.

Tôt

La période de rééducation après l'ablation de l'utérus est divisée en 2 parties. La rééducation précoce a lieu dans les premiers jours après la chirurgie à l'hôpital. La rééducation tardive est effectuée à domicile par le patient.

Si l'opération a été réalisée par laparoscopie, une rééducation précoce ne prend que 5 jours. Avec la chirurgie abdominale et à travers le vagin prendra 8-10 jours. Si les cicatrices guérissent bien, les médecins retirent les points de suture et laissent le patient rentrer chez lui. En cas de complications postopératoires, la rééducation précoce peut être retardée.

En période de rééducation précoce, une femme s'inquiète de douleurs abdominales assez graves. Dernière douleur intense pendant environ une semaine. À ce moment, le médecin prescrit des antalgiques au patient, ainsi que des antibiotiques pour prévenir les infections.

Le retrait de l'utérus est une opération qui augmente le risque de formation de caillots sanguins. Pour prévenir la thrombose, pendant l'opération et plusieurs jours après celle-ci, la femme doit toujours être en bas de compression. Des anticoagulants également prescrits, qui empêchent la formation de caillots sanguins.

La nourriture au début de la période de rééducation comprend des liquides et des légumes en purée. Cela est nécessaire pour que les intestins travaillent aussi doucement que possible. Après l'opération, vous ne pouvez pas pousser, sinon les coutures risquent de se disperser.

Pour une rééducation précoce réussie, les médecins recommandent de commencer à bouger le plus tôt possible. La femme sera perturbée par une douleur intense, mais elle doit se maîtriser et essayer de marcher le plus possible. La période de rééducation est donc beaucoup plus rapide et le risque de thrombose réduit.

Nous devrions également envisager le choix après le retrait de l'utérus. Il devrait être sanglant, dans les premiers jours assez abondant, puis se répandant. La durée de la sortie n’est pas supérieure à 2 semaines.

Une femme devrait faire attention à la nature du saignement. Si elle est soudainement devenue trop abondante ou si une odeur désagréable est apparue, la couleur a changé, vous devez immédiatement consulter un médecin. De tels changements signalent l'apparition de complications.

En retard

Si l'utérus est retiré, il faudra un certain temps pour récupérer. Après son retour à la maison, la femme devra reconsidérer son mode de vie et se conformer à un certain nombre de recommandations médicales que le médecin donnera à la sortie de l'hôpital.

Tout d'abord, il convient de noter qu'après le retrait de l'utérus, une femme doit être malade pendant une période d'environ un mois. Si des complications surviennent pendant la période de récupération, l'hôpital sera prolongé jusqu'à ce que la femme se rétablisse complètement.

Au cours de la période de rééducation tardive, une femme devrait observer les recommandations suivantes:

  • Évitez les efforts physiques importants, ne soulevez pas de charges pesant plus de 2 kg.
  • En raison du risque d'infection, il est interdit de nager dans les piscines et les étangs.
  • Il est interdit de surchauffer, de visiter le sauna.
  • Il est nécessaire de suivre les règles d'un régime alimentaire sain, ne buvez pas d'alcool.
  • En période de rééducation tardive, la gymnastique médicale, les exercices de Kegel, ainsi que les sports sans haltères, comme le yoga, la danse et l’aérobic, sont présentés.
  • Il est nécessaire de porter un bandage postopératoire.
  • Il est très important de consulter régulièrement votre médecin, surtout si vous présentez des symptômes désagréables.

Beaucoup de femmes sont intéressées à savoir s'il est nécessaire de prendre des hormones après l'ablation de l'utérus. L'utérus lui-même n'émet pas d'hormones, sa seule fonction est de porter l'enfant. En outre, l'utérus est impliqué dans le processus de fécondation, le sperme le traversant pénètre dans les trompes de Fallope.

Après le retrait de l’utérus, vous n’avez pas besoin de prendre de médicaments hormonaux, car cette opération n’aura aucun effet sur la vie de la femme. La seule chose à faire est que la patiente n'aura pas ses règles et ne sera pas en mesure de les rétablir, car la couche interne de l'utérus saigne et est enlevée avec l'organe.

Mais si l'utérus est retiré avec les ovaires, un traitement hormonal substitutif sera nécessaire pour la femme. Les ovaires sont des glandes appariées qui sécrètent la part du lion des hormones sexuelles. Le retrait des ovaires mène inévitablement à l'apogée. Et si une femme n’a pas encore entre 45 et 50 ans, une ménopause précoce peut lui être très préjudiciable.

Une autre question est de savoir si vous pouvez bronzer après avoir retiré l'utérus. Pendant la période de rééducation précoce, les bains de soleil sont catégoriquement contre-indiqués, de même que la surchauffe par tout autre moyen. À la fin de la rééducation tardive, la femme peut être mesurée au soleil. Mais n'allez pas à la plage ou au solarium.

Parfois, les patients demandent s'ils peuvent se rendre à la mer après une opération pour enlever l'utérus. Les médecins ne recommandent pas les premiers mois de changer de zone climatique, de faire l'expérience de vols et de longs trajets. En outre, une femme ne peut pas nager dans les étangs et prendre un bain de soleil, il est donc préférable de se rendre à la mer jusqu'à ce qu'elle se rétablisse complètement.

Bandage

Un pansement postopératoire après l'ablation de l'utérus est prescrit à toutes les femmes. Le pansement est un corset serré qui ne gêne pas les mouvements, mais offre également un bon soutien pour les organes pelviens.

Le fait est que l’utérus et les ligaments ont créé une partie du plancher pelvien. Après son retrait, il n’ya plus de support nécessaire pour les organes pelviens, ce qui peut entraîner des complications sous forme de prolapsus des organes dans la cavité vacante.

Le bandage postopératoire a les effets suivants:

  • soutient les organes pelviens dans la position correcte;
  • réduit la douleur après la chirurgie;
  • tient fermement les points de suture postopératoires, contribuant à leur guérison rapide;
  • prévient les problèmes intestinaux après la chirurgie;
  • Cela aide à renforcer les muscles vaginaux.

Le port d'un pansement après l'ablation de l'utérus est recommandé dès le premier jour. Choisir un pansement est préférable de confier le médecin. Il est nécessaire de consulter un spécialiste à l'avance, il vous dira lequel est préférable de choisir un modèle. Ensuite, vous pouvez procéder à l'achat.

Le pansement après l'ablation de l'utérus peut être de deux types: sous la forme d'un pantalon et sous la forme d'une ceinture. Si l'opération a été réalisée en coupant la paroi abdominale ou à travers le vagin, il est préférable d'acheter un pansement sous forme de sous-vêtement. Cela créera une bonne compression autour du périmètre du bassin et de l'abdomen. Avec la laparoscopie, vous pouvez utiliser un corset, cela suffira amplement.

Le médecin traitant détermine la quantité de pansement nécessaire après l'ablation de l'utérus, mais la durée d'utilisation est généralement d'au moins 3 semaines. Dans certains cas, il est recommandé à une femme de porter un bandage même pendant plusieurs mois. Si l'opération est réussie, l'utilisation d'un pansement peut ne pas être nécessaire, mais cette décision doit être prise par un médecin.

Sélection

Pour que le pansement postopératoire gynécologique soit utile au corps, il est nécessaire de le choisir correctement. Il est très important de choisir une taille appropriée. Trop de pansements ne supportent rien, et le petit pince les organes et casse la circulation sanguine.

Par conséquent, il est recommandé d'acheter un pansement immédiatement avant l'opération et de l'essayer sans faute. Il faut que la femme soit à l'aise en lui, ne presse pas et ne frotte pas. Si ce n'est pas possible, vous devrez prendre des mesures et acheter un pansement dessus.

Acquérir le produit est recommandé dans les magasins spécialisés. Vous ne devriez pas prendre un pansement des mains ou acheter sur le marché. De tels produits peuvent être de mauvaise qualité et ils n’apporteront aucun bénéfice.

Lorsque vous choisissez un modèle, ne vous fiez pas aux conseils d'un ami, chaque femme ayant son propre personnage. Idéalement, vous devez essayer plusieurs modèles et choisir exactement le pansement qui vous convient.

Lorsque vous choisissez un bandage postopératoire, vous devez faire attention au tissu à partir duquel il est fabriqué. Il est recommandé de choisir des modèles à partir de tissus naturels, car les matières synthétiques avec une usure prolongée provoquent une irritation de la peau.

Plus important encore, si le pansement frotte et fait mal, pas besoin de supporter. Il est nécessaire de choisir un modèle différent. Par exemple, si la ceinture frotte, vous pouvez essayer de porter un pantalon. Il est fortement recommandé de ne pas arrêter de porter un pansement avant d'avoir été approuvé par un médecin. Cela peut entraîner de graves complications et le traitement sera retardé de plusieurs mois.

Exercice

Les exercices après l'ablation de l'utérus sont prescrits principalement lorsque les douleurs intenses sont passées et que les points de suture postopératoires ont été retirés. Il est préférable de consulter votre médecin à propos du sport, car dans chaque cas, la récupération a lieu individuellement.

Il est préférable de commencer à bouger après l'ablation de l'utérus le plus tôt possible. Le deuxième jour, il est recommandé aux femmes de marcher lentement plusieurs fois par jour dans le service pour disperser le sang dans les jambes et le bassin. Cela accélérera la récupération des tissus blessés et empêchera la stagnation et l'épaississement du sang.

La gymnastique médicale après l'ablation de l'utérus implique principalement la mise en œuvre d'exercices de Kegel. Comme mentionné ci-dessus, l'utérus est impliqué avec les ligaments dans le renforcement du plancher pelvien. Après son retrait, il est possible que les organes descendent. Il est donc urgent de renforcer les muscles du plancher pelvien.

Cet entraînement contribue non seulement à renforcer le plancher pelvien, mais également à augmenter le désir sexuel, à rétrécir le vagin et à rendre les rapports sexuels plus éclatants. Les exercices de Kegel aident également à prévenir l’incontinence urinaire ou à s’en débarrasser.

Après la fin de sa rééducation tardive, une femme peut s'inscrire pacifiquement au yoga, à l'aérobic et à la danse. Avec la natation et l'exercice dans la salle de gym est préférable d'attendre quelques mois. Il est préférable de consulter votre gynécologue sur la possibilité de commencer de telles formations.

Exécution

Les exercices de Kegel après l'ablation de l'utérus doivent être effectués quotidiennement. Avant de commencer la séance d'entraînement, vous devez aller aux toilettes. Les exercices sont effectués dans l'ordre suivant:

  • vous devez bien vous détendre, respirer profondément pendant quelques minutes;
  • il est nécessaire de forcer les muscles du bassin, comme si on essayait de retenir la miction;
  • seuls les muscles internes doivent être tendus, mais les fesses, les jambes et le bas-ventre doivent être relâchés;
  • il est nécessaire de rester en tension pendant 3 à 5 secondes, puis de répéter 5 fois.

Au fil du temps, vous devez essayer de garder vos muscles à une tension de 10 secondes ou plus, mais vous ne devez pas augmenter le nombre de répétitions. Les femmes formées peuvent par la suite utiliser des poids vaginaux spéciaux.

Pouvoir

Le mode de vie du patient est une condition importante pour une période de rééducation favorable. Le taux de réparation des tissus dépend en grande partie de ce qu'une femme mange, qu'elle boive ou fume.

Dans les premiers jours après l'ablation de l'utérus, un régime liquide est indiqué. En règle générale, le régime 1A ou 1B est prescrit. Ensuite, les produits habituels sont introduits progressivement. Si une femme est sujette à la constipation, elle doit absolument les éviter. Cela facilitera l'utilisation de produits contenant beaucoup de fibres, il est également possible de prendre du lactulose (Duphalac, Normadze) après avoir consulté un médecin.

À la fin de la période de rééducation, la nutrition doit être aussi saine et équilibrée que possible, riche en vitamines et en protéines. Il est préférable d’exclure les produits finis douteux, les aliments très salés, gras et épicés, ainsi que les produits fumés et frits. En règle générale, le numéro de table 15 est attribué.

Les premiers jours, le sel est complètement exclu du régime afin d'éviter un fort œdème postopératoire. Lorsque le sel est réduit, il est introduit en petites quantités.

Il convient de noter que l'ablation de l'utérus est toujours accompagnée de saignements, ce qui entraîne un risque d'anémie. Par conséquent, les produits contenant une grande quantité de fer, par exemple le foie, les grenades, le bœuf, sont introduits dans le régime postopératoire.

Une attention particulière doit être portée à l'alcool, il est contre-indiqué après l'ablation de l'utérus jusqu'au rétablissement complet. L'alcool provoque un spasme des vaisseaux sanguins, perturbant la circulation sanguine dans tout le corps. Tout ceci n'est pas le meilleur effet sur la période postopératoire. Les cigarettes ont le même effet négatif, donc fumer est complètement contre-indiqué.

La vie après le retrait de l'utérus est en train de changer, mais pas toujours pour le pire. Tout dépend des objectifs et de l'attitude de la femme elle-même. Pour la plupart des patientes, l'amputation de l'utérus devient une véritable joie, car l'opération élimine la douleur insupportable qui trouble depuis plusieurs mois.

De plus, après une hystérectomie, les femmes ne subissent plus de menstruations, ce qui crée souvent une gêne, en particulier en été. Et le sexe passe à un nouveau niveau, maintenant il n’est plus nécessaire de se protéger contre une grossesse non désirée, cela ne pourra pas se produire.

Les relations sexuelles après une amputation utérine dépendent en grande partie du type de chirurgie pratiquée. Si les appendices ont été préservés, le fond hormonal de la femme ne changera pas et sa libido restera au même niveau. Si les ovaires sont retirés, seul un traitement hormonal substitutif peut aider à regagner le désir sexuel.

Malheureusement, le THS n’est pas indiqué pour toutes les femmes. S'il y avait un cancer, les hormones sont contre-indiquées, car elles peuvent provoquer une rechute en oncologie. À cette occasion, une femme doit consulter un médecin.

Si l'utérus est retiré en même temps que le col de l'utérus, il peut ne pas y avoir d'orgasme si la femme l'a reçu au moment où le col de l'utérus a été stimulé. Dans ce cas, vous pouvez essayer de stimuler le clitoris.

Après le retrait de l'utérus, le vagin sec peut être dérangeant. Dans ce cas, des lubrifiants spéciaux aident. Ils améliorent la sensation et hydratent le vagin. Mais n'utilisez pas d'huiles douteuses ni de vaseline, il est préférable d'utiliser des lubrifiants à base d'eau à cette fin.

En général, pour améliorer les relations sexuelles après l'ablation de l'utérus, inutile de se précipiter. Le corps doit récupérer complètement pour que la douleur ne survienne pas, vous pouvez alors procéder à la reprise de la vie sexuelle. Il est préférable de consulter votre médecin avant le premier rapport sexuel.

Indications pour l'ablation de l'utérus

Les indications pour l'hystérectomie sont:

  • Plusieurs fibromes utérins ou un seul noeud de myome de plus de 12 semaines avec une tendance à la croissance rapide, accompagnés de saignements utérins prolongés, abondants et répétés.
  • La présence de fibromes chez les femmes de plus de 50 ans. Bien qu'ils ne soient pas sujets à la malignité, le cancer se développe beaucoup plus souvent. Par conséquent, l'érection de l'utérus après 50 ans est souhaitable, selon de nombreux auteurs, pour prévenir le développement du cancer. Cependant, une telle opération à peu près à cet âge est presque toujours associée à de graves troubles psycho-émotionnels et végétatifs-vasculaires ultérieurs en tant que manifestation du syndrome de posthystérectomie.
  • Nécrose du noeud du myome.
  • Noeuds sous-séreux présentant un risque élevé de torsion à la jambe.
  • Des nodules sous-muqueux poussent dans le myomètre.
  • Polypose commune et périodes abondantes persistantes, compliquées par une anémie.
  • Endométriose et adénomyose 3-4 degrés.
  • Cancer du col de l'utérus, du corps de l'utérus ou des ovaires et radiothérapie associée. Le plus souvent, l'ablation de l'utérus et des ovaires après 60 ans est effectuée précisément pour le cancer. Au cours de cette période, l'opération contribue à un développement plus prononcé de l'ostéoporose et à une évolution plus sévère de la pathologie somatique.
  • Le prolapsus de l'utérus de 3-4 degrés ou sa perte complète.
  • Douleur pelvienne chronique qui ne peut être traitée avec d'autres méthodes.
  • Rupture utérine pendant la grossesse et l'accouchement, augmentation du placenta, développement de la coagulopathie liée à la consommation lors de l'accouchement, endométrite purulente.
  • Hypotonie non compensée de l'utérus pendant l'accouchement ou immédiatement après l'accouchement, accompagnée de saignements abondants.
  • Changement de sexe.

Malgré le fait que la mise en œuvre technique de l'hystérectomie soit largement améliorée, cette méthode de traitement reste techniquement difficile et se caractérise par des complications fréquentes pendant et après la chirurgie. Les complications sont les dommages aux intestins, à la vessie, aux uretères, à la formation d'hématomes étendus dans la région paramétrique, aux saignements et autres.

En outre, les conséquences de l'ablation de l'utérus pour le corps, telles que:

  • récupération à long terme de la fonction intestinale après la chirurgie;
  • maladie adhésive;
  • douleur pelvienne chronique;
  • le développement du syndrome post-hystérectomie (ménopause après l'ablation de l'utérus) est la conséquence négative la plus fréquente;
  • le développement ou plus sévère pour les troubles endocriniens et métaboliques et immunitaires, les maladies coronariennes, l'hypertension, les troubles neuropsychiatriques, l'ostéoporose.

À cet égard, une approche individuelle du choix du volume et du type d’intervention chirurgicale revêt une grande importance.

Types et méthodes d'ablation de l'utérus

Selon le volume de l'opération, les types d'opérations suivants sont distingués:

  1. Sous-total ou amputation - ablation de l'utérus sans ou avec appendices, mais avec préservation du col de l'utérus.
  2. Extirpation totale ou utérine - retrait du corps et du cou avec ou sans appendices.
  3. Panhystérectomie - ablation de l'utérus et des ovaires avec trompes de Fallope.
  4. Panhystérectomie radicale en association avec la résection du tiers supérieur du vagin, avec élimination d'une partie de l'épiploon, ainsi que du tissu pelvien environnant et des ganglions lymphatiques régionaux.

Actuellement, la chirurgie abdominale visant à enlever l'utérus est effectuée, selon l'option d'accès, des manières suivantes:

  • abdominale ou laparotomique (incision médiane des tissus de la paroi abdominale antérieure de la région ombilicale à la région sus-pubienne ou une incision transversale au-dessus du pli);
  • vaginal (ablation de l'utérus par le vagin);
  • laparoscopique (à travers des ponctions);
  • combinés.

Accès abdominal

Utilisé le plus souvent et pendant longtemps. Ce type d'opération représente environ 65% des cas suivants: 95% en Suède, 70% aux États-Unis et 95% au Royaume-Uni. Le principal avantage de la méthode consiste en la possibilité de réaliser une intervention chirurgicale dans toutes les conditions, aussi bien pendant une intervention chirurgicale planifiée qu'en urgence, ainsi qu'en présence d'une autre pathologie (extragénitale).

Dans le même temps, la méthode laparotomique présente également un grand nombre d'inconvénients. Les principales sont le caractère invasif de l'opération elle-même, un long séjour à l'hôpital après l'opération (jusqu'à 1 à 2 semaines), une rééducation prolongée et des conséquences esthétiques insatisfaisantes.

La période postopératoire, à la fois la plus proche et la plus éloignée, est également caractérisée par une incidence élevée de complications:

  • récupération physique et psychologique prolongée après l'ablation de l'utérus;
  • maladie adhésive plus commune;
  • fonction intestinale durable et douleurs abdominales basses;
  • élevé par rapport aux autres types d’accès, probabilité d’infection et fièvre;

La mortalité avec accès laparotomique pour 10 000 opérations est en moyenne de 6,7 à 8,6 personnes.

Ablation vaginale

C'est un autre accès traditionnel utilisé dans l'ablation de l'utérus. Elle est réalisée au moyen d'une petite dissection radiale de la membrane muqueuse du vagin dans ses parties supérieures (au niveau des arcades) - la colpotomie postérieure et éventuellement antérieure.

Les avantages indiscutables de cet accès sont:

  • beaucoup moins d'invasion et de complications lors de la chirurgie comparativement à la méthode abdominale;
  • perte de sang minimale;
  • douleur de courte durée et meilleure santé après la chirurgie;
  • l'activation rapide de la femme et la restauration rapide de la fonction intestinale;
  • une courte période d'hospitalisation (3-5 jours);
  • un bon résultat esthétique, dû à l'absence d'incision dans la peau de la paroi abdominale antérieure, ce qui permet à une femme de cacher le fait de la chirurgie à un partenaire.

La durée de la période de rééducation par la méthode vaginale est beaucoup plus courte. En outre, la fréquence des complications immédiates et leur absence en fin de période postopératoire est faible et le taux de mortalité est en moyenne trois fois inférieur à celui obtenu par voie abdominale.

En même temps, l'ablation vaginale de l'utérus présente plusieurs inconvénients importants:

  • l'absence d'une zone suffisante du champ chirurgical pour effectuer une révision visuelle de la cavité abdominale et des manipulations, ce qui rend difficile l'élimination totale de l'utérus dans les cas d'endométriose et de cancer, en raison de la difficulté technique à détecter les foyers d'endométriose et les limites de la tumeur;
  • risque élevé de complications peropératoires en termes de lésion des vaisseaux sanguins, de la vessie et du rectum;
  • difficulté à arrêter le saignement;
  • la présence de contre-indications relatives, qui incluent, outre l'endométriose et le cancer, la taille considérable de la formation tumorale et les interventions antérieures sur les organes abdominaux, en particulier au niveau inférieur, pouvant entraîner des modifications de la localisation anatomique des organes pelviens;
  • difficultés techniques associées à la réduction de l'utérus en cas d'obésité, d'adhésions et chez les femmes qui n'ont pas encore accouché.

En rapport avec de telles restrictions, en Russie, l'accès vaginal est utilisé principalement dans les opérations d'omission ou de perte d'un organe, ainsi que lors du changement de sexe.

Accès laparoscopique

Ces dernières années, il est devenu de plus en plus populaire dans toutes les opérations gynécologiques du bassin, y compris les hystérectomies. Ses avantages sont en grande partie identiques à l'accès vaginal. Ceux-ci incluent un faible degré de traumatisme avec un effet esthétique satisfaisant, la possibilité de dissection des adhérences sous contrôle visuel, une courte période de récupération à l'hôpital (pas plus de 5 jours), une faible fréquence de complications à court terme et leur absence à la fin de la période postopératoire.

Cependant, les risques de telles complications peropératoires, tels que la possibilité de lésions des uretères et de la vessie, des vaisseaux et du gros intestin, demeurent. L'inconvénient réside dans les limitations associées au processus oncologique et à la formation importante de tumeurs, ainsi qu'à la pathologie extragénitale sous forme d'insuffisance cardiaque et respiratoire, même compensée.

Voir aussi: Ablation laparoscopique de l'utérus

Méthode combinée ou hystérectomie vaginale assistée

Elle consiste à utiliser simultanément des approches vaginales et laparoscopiques. La méthode permet d’éliminer les inconvénients importants de chacune de ces deux méthodes et d’effectuer une intervention chirurgicale chez les femmes présentant:

  • l'endométriose;
  • adhérences dans le bassin;
  • processus pathologiques dans les trompes de Fallope et les ovaires;
  • noeuds myomateux de taille considérable;
  • antécédents d'interventions chirurgicales sur les organes abdominaux, en particulier le bassin;
  • obstruction de l'utérus, y compris les femmes qui ne donnent pas.

Les principales contre-indications relatives forçant la préférence pour l'accès laparotomique sont les suivantes:

  1. Les foyers communs de l'endométriose, en particulier pozadishcheechnogo avec germination dans la paroi du rectum.
  2. Adhérences prononcées, rendant difficile la dissection des adhérences lors de l'utilisation de techniques laparoscopiques.
  3. Masses ovariennes volumétriques dont la nature maligne ne peut pas être exclue de manière fiable.

Préparation à la chirurgie

La période préparatoire à la chirurgie prévue consiste à effectuer les examens possibles au stade préhospitalier - tests sanguins cliniques et biochimiques, analyse d'urine, coagulogramme, détermination du groupe sanguin et du facteur rhésus, recherche de la présence d'anticorps anti-virus de l'hépatite et d'agents pathogènes infectieux transmissibles sexuellement, y compris la syphilis et l’infection par le VIH, les ultrasons, les radiographies thoraciques et l’ECG, les examens bactériologiques et cytologiques des voies génitales, la colposcopie étendue.

À l'hôpital, si nécessaire, une hystéroscopie supplémentaire avec curetage diagnostique séparé du col de l'utérus et de l'utérus, une échographie répétée, une IRM, une rectoromanoscopie et d'autres études est réalisée.

1 à 2 semaines avant la chirurgie, en cas de risque de complications telles que thrombose et thrombo-holsters (varices, maladies pulmonaires et cardiovasculaires, surcharge pondérale, etc.), la consultation des spécialistes concernés et la prise de médicaments appropriés, ainsi que d'agents rhéologiques et agents antiplaquettaires.

En outre, afin de prévenir ou de réduire la gravité des symptômes du syndrome post-hystérectomie qui se développe après l'ablation de l'utérus, 90% des femmes de moins de 60 ans (en majorité) ont en moyenne une sévérité différente, une intervention chirurgicale est prévue pendant la première phase du cycle menstruel (le cas échéant)..

Une à deux semaines avant l'ablation de l'utérus, des procédures psychothérapeutiques sont conduites sous la forme de 5 à 6 conversations avec un psychothérapeute ou un psychologue dans le but de réduire le sentiment d'incertitude, d'incertitude et de peur de l'opération et de ses conséquences. Des sédatifs phytothérapeutiques, homéopathiques et autres sont prescrits, une thérapie par une pathologie gynécologique concomitante est recommandée et il est recommandé de cesser de fumer et de prendre des boissons alcoolisées.

Ces mesures peuvent considérablement réduire la période postopératoire et réduire la gravité des manifestations psychosomatiques et végétatives du syndrome ménopausique provoquées par l'opération.

À l'hôpital, le soir avant l'opération, les aliments doivent être exclus et ne contenir que des liquides (thé infusé et eau non gazeuse). Le soir, un médicament laxatif et un lavement nettoyant sont prescrits avant de se coucher: prendre un sédatif. Le matin de l'opération, la consommation de tout liquide est interdite, l'ingestion de tout médicament est annulée et le lavement nettoyant est répété.

Avant l'opération, les collants de compression sont enfilés, les bas ou les membres inférieurs sont bandés avec des bandages élastiques qui restent jusqu'à ce que la femme soit complètement activée après l'opération. Cela est nécessaire pour améliorer la circulation du sang veineux dans les veines des membres inférieurs et pour prévenir la thrombophlébite et la thromboembolie.

Une anesthésie adéquate est également importante lors de la chirurgie. Le type d'anesthésie est choisi par l'anesthésiste en fonction du volume de l'opération envisagé, de sa durée, des maladies concomitantes, du risque de saignement, etc., ainsi qu'en consultation avec le chirurgien chirurgical et en tenant compte des souhaits du patient.

L'anesthésie au cours du retrait de l'utérus peut être une combinaison endotrachéale combinée avec des relaxants musculaires, ainsi que sa combinaison (à la discrétion de l'anesthésiste) avec l'analgésie péridurale. En outre, il est possible d’utiliser une anesthésie épidurale (sans anesthésie générale) en association avec une sédation médicamenteuse par voie intraveineuse. L'installation d'un cathéter dans l'espace épidural peut être prolongée et utilisée pour l'analgésie postopératoire et la restauration plus rapide de la fonction intestinale.

Le principe de fonctionnement technique

La préférence est donnée à une hystérectomie totale ou sous-totale par voie laparoscopique ou vaginale assistée avec préservation des appendices sur au moins un côté (si possible), ce qui, entre autres avantages, contribue à réduire la gravité du syndrome post-thyroïdien.

Comment se passe la chirurgie?

L'intervention chirurgicale avec accès combiné se compose de 3 étapes - deux laparoscopiques et vaginales.

La première étape est:

  • introduction dans la cavité abdominale (après l'insufflation de gaz) par de petites incisions de manipulateurs et un laparoscope contenant le système d'éclairage et une caméra vidéo;
  • effectuer des diagnostics laparoscopiques;
  • séparation des adhérences et écoulement urétéral, si nécessaire;
  • l'imposition de ligatures et l'intersection des ligaments utérins ronds;
  • mobilisation (décharge) de la vessie;
  • l'imposition de ligatures et l'intersection des trompes de Fallope et de ses propres ligaments de l'utérus ou lors de l'ablation des ovaires et des trompes de Fallope.

La deuxième étape consiste à:

  • dissection de la paroi antérieure du vagin;
  • l'intersection des ligaments utérine et utérine après le déplacement de la vessie;
  • une section de la membrane muqueuse de la paroi vaginale postérieure et l'imposition de sutures hémostatiques sur celle-ci et sur le péritoine;
  • l'imposition de ligatures sur les ligaments sacro-utérins et cardinaux, ainsi que sur les vaisseaux de l'utérus, suivie d'une intersection de ces structures;
  • retrait de l'utérus dans la région de la plaie et son découpage ou séparation en fragments (avec un volume important) et leur retrait.
  • suturer le moignon et la membrane muqueuse du vagin.

Au troisième stade, un contrôle laparoscopique est à nouveau effectué, au cours duquel la ligature de petits vaisseaux saignants (le cas échéant) est effectuée et la cavité pelvienne est drainée.

Combien de temps dure l'opération pour enlever l'utérus?

Cela dépend de la méthode d'accès, du type d'hystérectomie et de l'ampleur de la chirurgie, de la présence d'adhérences, de la taille de l'utérus et de nombreux autres facteurs. Mais la durée moyenne de toute l'opération est généralement de 1 à 3 heures.

Les principes techniques principaux de l'ablation de l'utérus lors d'approches laparotomiques et laparoscopiques sont les mêmes. La principale différence est que, dans le premier cas, l'utérus, avec ou sans appendices, est prélevé par une incision dans la paroi abdominale et dans le second cas, l'utérus est divisé en fragments dans la cavité abdominale avec un outil électromécanique (morcellateur), qui est ensuite retiré par un tube laparoscopique (tube). ).

Période de rééducation

Des hémorragies modérées et mineures après l'ablation de l'utérus sont possibles pendant 2 semaines maximum. Afin de prévenir les complications infectieuses, des antibiotiques sont prescrits.

Dans les premiers jours qui suivent l'opération, un dysfonctionnement de l'intestin se développe presque toujours, associé principalement à la douleur et à une activité physique réduite. Par conséquent, la lutte contre la douleur revêt une grande importance, en particulier le premier jour. À cette fin, des médicaments analgésiques injectables non narcotiques sont régulièrement introduits. Une analgésie épidurale prolongée a un bon analgésique et améliore le péristaltisme intestinal.

Au cours des premiers 1 à 1,5 jours, des procédures physiothérapeutiques, des exercices de physiothérapie et une activation précoce de la femme sont pratiqués - à la fin du premier ou au début du deuxième jour, il est recommandé de se lever et de se déplacer dans le service. 3-4 heures après l'opération, en l'absence de nausées et de vomissements, il est permis de boire de l'eau non gazeuse et du thé «faible» en petite quantité, et à partir du deuxième jour - à manger.

Le régime alimentaire doit comprendre des aliments et des plats faciles à digérer - des soupes avec des légumes hachés et des grains moulus, des produits laitiers, des variétés de poisson et de viande bouillies et faibles en gras. Sont exclus les aliments riches en fibres, les poissons gras et la viande (porc, agneau), la farine et les confiseries, y compris le pain de seigle (le pain de froment est autorisé les 3e et 4e jours en quantités limitées), le chocolat. Du 5ème au 6ème jour, la 15ème table (commune) est autorisée.

L'une des conséquences négatives de toute opération dans la cavité abdominale est le processus adhésif. Elle se déroule souvent sans aucune manifestation clinique, mais peut parfois entraîner de graves complications. Les principaux symptômes pathologiques de la formation d'adhérences après l'ablation de l'utérus sont des douleurs pelviennes chroniques et, plus grave encore, des maladies de l'adhésif.

Ce dernier peut se présenter sous la forme d'une obstruction intestinale adhésive chronique ou aiguë due à la violation du passage des masses fécales dans le gros intestin. Dans le premier cas, il se manifeste par des douleurs crampes intermittentes, une rétention de gaz et une constipation fréquente, une distension abdominale modérée. Cette maladie peut être résolue par des méthodes conservatrices, mais nécessite souvent un traitement chirurgical planifié.

L’obstruction intestinale aiguë est accompagnée de crampes douloureuses et de distensions abdominales, d’absence de décharge de selles et de gaz, de nausées et de vomissements répétés, de déshydratation, de tachycardie et, d’abord, d’augmentation puis de diminution de la pression artérielle, de la diminution de l'urine, etc. En cas d'obstruction intestinale adhésive aiguë, sa résolution d'urgence est nécessaire par le biais d'un traitement chirurgical et d'un traitement intensif. Le traitement chirurgical est la dissection des adhérences et, souvent, lors de la résection de l'intestin.

En relation avec l'affaiblissement des muscles de la paroi abdominale antérieure après toute intervention chirurgicale sur la cavité abdominale, l'utilisation d'un pansement gynécologique spécial est recommandée.

Comment porter un bandage après l'ablation de l'utérus?

Le port d'un pansement à un jeune âge est nécessaire pendant 2 à 3 semaines, et après 45 à 50 ans et avec des muscles abdominaux peu développés - jusqu'à 2 mois.

Il contribue à une cicatrisation plus rapide des plaies, à une réduction de la douleur, à une amélioration de la fonction intestinale et à une réduction du risque de formation de hernie. Le bandage est utilisé uniquement pendant la journée et plus tard - lors d'une longue marche ou d'un effort physique modéré.

Étant donné que la localisation anatomique des organes pelviens change après l'opération, et que le tonus et l'élasticité des muscles du plancher pelvien sont perdus, des conséquences telles que l'omission des organes pelviens sont possibles. Cela conduit à une constipation permanente, une incontinence urinaire, une détérioration de la vie sexuelle, une perte du vagin et également le développement d'adhérences.

Afin de prévenir ces phénomènes, des exercices de Kegel sont recommandés, visant à renforcer et à améliorer le tonus des muscles du plancher pelvien. Vous pouvez les sentir en cessant d'uriner ou d'aller à la selle ou en essayant de serrer le doigt inséré dans le vagin avec ses parois. Les exercices sont basés sur une compression similaire des muscles du plancher pelvien pendant 5 à 30 secondes, suivie d'une relaxation de la même durée. Chacun des exercices est répété en 3 séries de 10 fois.

L'ensemble des exercices est effectué dans différentes positions de départ:

  1. Les jambes sont espacées de la largeur des épaules et les bras sont sur les fesses, comme si elles soutenaient ces dernières.
  2. En position agenouillée, penchez votre corps contre le sol et posez votre tête sur vos coudes.
  3. Allongez-vous sur le ventre, placez votre tête sur vos bras et pliez une jambe au niveau de l'articulation du genou.
  4. Allongez-vous sur le dos, pliez les jambes aux genoux et écartez les genoux sur les côtés de manière à ce que les talons soient appuyés au sol. Placez une main sous la fesse et l'autre sur le bas de l'abdomen. Lors de la compression du plancher pelvien, les muscles de la main se soulèvent légèrement.
  5. Position - assis sur le sol avec les jambes croisées.
  6. Les jambes doivent être placées un peu plus large que les épaules et, les bras tendus, plier les genoux. Le dos est droit.

Les muscles du plancher pelvien dans toutes les positions initiales pour se comprimer vers l'intérieur et vers le haut, suivis de leur relaxation.

La vie sexuelle après l'ablation de l'utérus

Au cours des deux premiers mois, il est recommandé de s'abstenir de tout rapport sexuel afin d'éviter toute infection et autres complications postopératoires. Dans le même temps, quels que soient les cas, l'ablation de l'utérus, en particulier en âge de procréer, entraîne souvent une réduction significative de la qualité de la vie en raison du développement de troubles hormonaux, métaboliques, psychoneurotiques, végétatifs et vasculaires. Ils sont interconnectés, s’aggravent et se reflètent directement dans la vie sexuelle, ce qui accroît leur gravité.

La fréquence de ces troubles dépend particulièrement du volume de l'opération effectuée et, surtout, de la qualité de la préparation, de la gestion de la période postopératoire et du traitement ultérieur. Le syndrome anxieux-dépressif, qui se déroule par étapes, est noté chez une femme sur trois qui a subi l'ablation de l'utérus. Le moment de sa manifestation maximale est la période postopératoire précoce, les trois mois suivants et 12 mois après l'opération.

L'ablation de l'utérus, en particulier totale avec un seul côté et surtout avec l'ablation bilatérale des appendices, ainsi que lors de la deuxième phase du cycle menstruel entraîne une diminution significative et rapide du contenu en progestérone et en estradiol dans le sang de plus de 65% des femmes. Les troubles les plus prononcés de la synthèse et de la sécrétion d'hormones sexuelles sont détectés le septième jour après la chirurgie. La récupération de ces troubles, si au moins un ovaire était sauvé, n’est constatée qu’après 3 mois ou plus.

En outre, en raison de troubles hormonaux, non seulement le désir sexuel est réduit, mais de nombreuses femmes (4 à 6 ans) développent chacune un processus d’atrophie de la muqueuse vaginale, ce qui entraîne leur sécheresse et leurs troubles urogénitaux. Cela affecte également la vie sexuelle.

Quels médicaments faut-il prendre pour réduire la gravité des effets négatifs et améliorer la qualité de la vie?

Compte tenu de la nature progressive des troubles, il est conseillé d’utiliser des sédatifs et des médicaments neuroleptiques, antidépresseurs, au cours des six premiers mois. À l'avenir, leur accueil devrait être poursuivi, mais des cours intermittents.

À des fins prophylactiques, ils devraient être prescrits au cours des périodes les plus probables de l’exacerbation du processus pathologique - à l’automne et au printemps. En outre, afin de prévenir la manifestation d'une ménopause précoce ou de réduire la gravité du syndrome post-hystérectomie dans de nombreux cas, en particulier après une hystérectomie avec les ovaires, il est nécessaire de recourir à un traitement hormonal substitutif.

Tous les médicaments, leur posologie et la durée du traitement ne doivent être déterminés que par le médecin du profil approprié (gynécologue, psychothérapeute, thérapeute) ou conjointement avec d'autres spécialistes.