Nécrose aseptique de la tête fémorale: causes, symptômes, méthodes de traitement

Ecchymoses

La nécrose aseptique de la tête fémorale (ANFH) est une maladie chronique évolutive résultant d'une insuffisance circulatoire, entraînant la destruction de l'os dans la zone de lésion et la perte de sa fonction par l'articulation. Selon les statistiques, cette pathologie concerne de 1 à 5% des maladies du système musculo-squelettique, et environ 80% des cas sont des hommes âgés de 20 à 50 ans. Dans plus de la moitié des cas, les deux os du fémur sont atteints et, même si le processus pathologique est initialement localisé d'un seul côté, le deuxième membre y est impliqué après un à deux ans.

Sur quoi et comment ONGB se développe, quels symptômes il manifeste, sur les méthodes de diagnostic et les principes de traitement de cette pathologie, que vous apprendrez de notre article.

Raisons

La mort des tissus de la tête fémorale est causée par des maladies qui portent atteinte à son intégrité ou à la circulation sanguine. Ce sont:

  • certains médicaments (glucocorticoïdes, anti-inflammatoires non stéroïdiens);
  • toutes sortes de blessures;
  • opérations;
  • l'alcool;
  • maladies systémiques du tissu conjonctif (sclérodermie, SLE, vascularite et autres);
  • les maladies de la colonne lombo-sacrée;
  • pancréatite (chronique et aiguë);
  • drépanocytose;
  • maladie des caissons;
  • effets sur le corps des rayonnements ionisants.

Dans certains cas, un patient présente plusieurs facteurs de ONHD, ce qui entraîne une progression rapide et une évolution plus grave de la maladie.

Trois patients sur dix ne parviennent pas à déterminer la cause de cette pathologie, qui est considérée comme idiopathique.

Aujourd'hui, on observe une tendance à la diminution des cas de nécrose aseptique idiopathique, qui est associée à une amélioration des capacités de diagnostic des hôpitaux et à une plus grande sensibilisation des médecins à cette maladie. Malheureusement, de nos jours, de nombreux patients restent sans diagnostic correct, recevant un traitement à long terme et sans succès pour la coxarthrose, l'ostéochondrose et d'autres maladies similaires au cours de l'évolution clinique.

Mécanisme de développement de l'ONBK

A ce jour, les problèmes de pathogenèse de cette maladie restent à étudier. Les experts préliminaires distinguent 2 théories - vasculaire et traumatique:

  1. La théorie vasculaire implique une violation du flux sanguin local dans la tête du fémur. C'est-à-dire que les vaisseaux transportant du sang dans cette zone subissent spasmodiques (étroits), de façon soudaine ou permanente, ou que leur lumière bloque la formation de caillots ou d'embolies. Le tissu osseux reçoit moins d'oxygène et de nutriments, ce qui entraîne sa mort progressive - nécrose. En outre, son développement contribue à augmenter la viscosité du sang - il circule plus lentement dans les vaisseaux, ce qui augmente le risque de formation de caillots sanguins.
  2. La théorie traumatique suggère l’apparition d’une nécrose due à une atteinte à l’intégrité de l’os, ainsi qu’une atteinte associée au flux sanguin artériel et veineux. Le tissu osseux de la tête fémorale est très sensible à tout type d'ischémie. Une diminution du flux sanguin entraîne une augmentation de la pression à l'intérieur de l'os, ce qui entraîne une nouvelle thrombose et, par conséquent, une progression de l'ischémie, une nécrose des faisceaux osseux. Les changements les plus prononcés dans la partie de l'os qui subit la charge maximale et dans laquelle la circulation sanguine est la plus perturbée.

En fait, ces deux théories n'existent pas séparément, mais s'entrelacent.

Tableau clinique et stades de la maladie

La nécrose aseptique de la tête fémorale progresse progressivement, ce qui s'accompagne de certains changements dans la structure du site de la lésion et dans le tableau clinique de la maladie. Selon ces changements, les experts distinguent 4 étapes au cours du processus d’ONGOK, mais cette division est relative, car il n’existe pas de frontières claires pour la transition d’une étape à l’autre.

Stade I, ou stade des manifestations initiales

Il dure environ six mois à compter de l'apparition des premiers changements pathologiques de l'os. Il se caractérise par la mort des faisceaux d'os qui composent l'os spongieux. Les modifications externes de la forme ou de la structure de la tête fémorale sont absentes.

La personne note des douleurs à l'articulation de la hanche, apparaissant en premier lieu lors d'efforts intenses, éventuellement avec un changement de temps, disparaissant par beau temps et au repos. Progressivement, la douleur devient plus intense et inquiète constamment la personne.

Parfois, à ce stade, la maladie se prolonge par des périodes d’exacerbation et de rémission, lorsque la douleur s’apaise quelque temps, mais réapparaît après une exposition au facteur provoquant.

La douleur peut être donnée (scientifiquement - irradier) à la région lombaire, à l'aine, au genou ou à la fesse, ou elle peut apparaître dans ces zones au début, ce qui confond souvent le médecin et provoque un diagnostic erroné.

Chez certains patients, le syndrome douloureux évolue différemment - la douleur est aiguë, elle survient soudainement, gêne l’assise et la marche. Son intensité diminue progressivement et la douleur acquiert les caractéristiques typiques de ce diagnostic.

Un examen objectif de l'amplitude de mouvement dans l'articulation touchée est préservé.

Stade II ou fracture par impression de stade

Sous l'influence d'une charge intensive, les faisceaux osseux affectés se brisent et s'affaissent. Dure jusqu'à 6 mois.

Une personne observe une douleur persistante d'intensité élevée, qui gêne même dans un état de repos complet, mais s'intensifie lors d'un effort physique.

En effectuant un examen objectif, le médecin constate une diminution du volume des muscles des fesses et des cuisses du côté affecté (atrophie musculaire) et une restriction des mouvements de l'articulation (rotation interne - mouvements circulaires vers l'intérieur, retrait et réduction des membres). Lorsque le patient tente d'exécuter ces mouvements, il note une douleur accrue.

Stade III, ou stade de résorption

Les tissus sains situés autour de la zone endommagée dissolvent progressivement les fragments d'os mort. Ils sont remplacés par du tissu conjonctif et du cartilage. De nouveaux vaisseaux sanguins apparaissent dans la tête. Il semblerait que tout va bien, que tout s’améliore, mais la croissance du col du fémur est perturbée de manière irréversible, elle est raccourcie et élargie. Cette étape dure de 18 mois à 2,5 ans.

Une personne note une douleur intense dans l'articulation de la hanche, aggravée par une petite charge, mais légèrement diminuée au repos.

L'amplitude des mouvements de l'articulation est considérablement réduite - le patient a de la difficulté à marcher ainsi que lorsqu'il tente de tirer le membre affecté vers la poitrine. En marchant, il boitille visiblement, se déplace lentement et utilise une canne. L'atrophie musculaire est constatée non seulement au niveau des fesses et des cuisses, mais également au bas de la jambe.

En règle générale, le membre atteint est raccourci, ce qui est particulièrement visible dans la position du patient allongé avec les jambes étendues.

Stade IV ou stade de résultat

Les zones de tissu conjonctif et cartilagineux, qui ont germé profondément dans la tête du fémur, s'ossifient progressivement - la substance spongieuse est restaurée. Mais dans le même temps, la structure initiale de l'os n'est pas formée - il est déformé, car il est «utilisé» pour travailler dans de nouvelles conditions. Le cotyle, qui est en contact direct avec la tête de la cuisse atteinte, est également aplati et déformé, raison pour laquelle il ne correspond pas à la tête restaurée.

Le patient ressent une douleur persistante au bas du dos ou à la hanche. Les muscles du membre affecté sont atrophiés (la taille du membre est réduite à 8 cm). L’éventail des mouvements est très limité (il n’ya aucune possibilité de rotation). Les patients se déplacent difficilement avec une canne ou ne bougent pas du tout par leurs propres moyens.

Méthodes de diagnostic

Si une nécrose aseptique de la tête fémorale est diagnostiquée à un stade précoce, elle facilite le traitement et améliore significativement le pronostic de la maladie.

La radiographie de l'articulation de la hanche touchée est la méthode de diagnostic la plus courante et la plus accessible pour presque toutes les méthodes de diagnostic. Il vous permet de vérifier les stades ONGBK III et IV, mais aux premiers stades de changement sur la radiographie sont absents.

Malheureusement, en raison de la faible sensibilisation de nombreux médecins à cette pathologie, sans aucun changement pathologique sur le radiogramme, le patient reçoit un diagnostic d'ostéochondrose ou similaire, et un patient sur trois reste sans diagnostic. C'est la mauvaise tactique. Dans une telle situation, lorsque le patient présente des symptômes de nécrose aseptique, mais que la radiographie montre qu’il n’ya pas de pathologie, le patient a besoin d’un examen approfondi avec des techniques d’imagerie plus informatives - ordinateur ou imagerie par résonance magnétique.

En plus des méthodes de recherche instrumentales, le patient effectue également des diagnostics de laboratoire:

  • analyse biochimique du sang (définition des oligo-éléments qu'il contient - calcium, phosphore et magnésium; avec ONGBK, leur taux dans le sang peut soit être abaissé, soit rester dans les limites de la normale);
  • détermination dans le sang veineux des acides aminés nécessaires à la construction d'une protéine, ou Cross-Laps; ils donnent du sang l'estomac vide (le dernier repas a lieu 12 heures avant le test), il est interdit de fumer, de faire un travail physique et d'être nerveux pendant une demi-heure; une augmentation du niveau de ces acides aminés de 2 fois ou plus est en faveur de l'ONGB;
  • détermination dans l'urine de marqueurs de nécrose aseptique - désoxypyridone et pyridonol; ces substances sont contenues dans le collagène osseux et permettent de caractériser les processus qui s'y produisent; le milieu de l'urine du matin est recueilli dans un récipient stérile; dans l'urine, il ne devrait pas s'agir d'un mélange de sang ou de bilirubine; avec une nécrose aseptique, le niveau de ces substances dans l'urine dépasse la normale ou plus de 2 fois;
  • concentration sanguine d'ostéocalcine; quand ONBBK est augmenté.

Principes de traitement

Selon le stade de la maladie, un traitement conservateur ou chirurgical peut être prescrit au patient. En outre, il devrait suivre certaines recommandations diététiques.

Régime alimentaire

La nutrition du patient atteint d’ONBK devrait contenir une quantité accrue de produits qui affectent positivement le cartilage et le tissu osseux, stimulant ainsi la circulation sanguine. Ce sont:

  • poissons riches en acides gras polyinsaturés oméga-3 (saumon, saumon rose, thon, etc.);
  • huiles végétales (olives, graines de lin);
  • aliments riches en protéines (œufs de lapin, de volaille, de poulet et de caille);
  • Les fruits et les légumes aux couleurs vives (carottes, paprika, agrumes, kiwi, grenade et autres) sont de puissants antioxydants;
  • produits laitiers fermentés;
  • les légumineuses;
  • le sarrasin;
  • pain de seigle;
  • les noix;
  • thé vert

Il faut limiter le régime:

  • Graisses «nocives» (viandes grasses, bouillons, margarine, saindoux, etc.);
  • les abats (foie, rein, etc.);
  • les jaunes d'œufs;
  • l'alcool;
  • café plus de trois tasses par jour.

Il est également recommandé d'arrêter de fumer.

Traitement conservateur

Effectivement aux stades I-II de la nécrose aseptique de la tête fémorale. C'est une combinaison de méthodes non médicamenteuses et de médicaments qui réduisent l'inflammation, anesthésient, améliorent la circulation sanguine et les processus métaboliques dans les tissus osseux et cartilagineux.

Des médicaments peuvent être prescrits au patient dans les groupes suivants:

  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens (diclofénac, lornoxicam, nimésulide, rofécoksib, etc.) - sont utilisés en traitement de courte durée, car ils peuvent provoquer le développement de la gastropathie par AINS;
  • chondroprotecteurs (médicaments à base de glucosamine ou de chondroïtine - Struktum, Dona, Bonviva, Mukosat et autres); sont des composants structurels de l'articulation, améliorent les processus métaboliques dans ses tissus, ralentissent la progression du processus pathologique et contribuent à la restauration de la structure de l'articulation; ils sont utilisés pour des cours longs (par exemple, tous les ans, pendant une demi-année ou 3 mois avec une pause de 3 mois, etc.);
  • les médicaments qui améliorent la microcirculation (pentoxifylline, dipyridamole, acide nicotinique et autres); provoquer une dilatation des artères de petit calibre, améliorer le débit sortant des veinules, empêcher l'adhésion des plaquettes, améliorant ainsi les propriétés rhéologiques du sang; ils prennent ces médicaments, habituellement dans les 2-3 mois, après un certain temps, en répétant le traitement;
  • bisphosphonates (acides étidronique, pamidronique et autres); utilisé pour l'ostéoporose; ils empêchent la libération de calcium par les os, réduisent la destruction du collagène, stimulent la restauration du tissu osseux; prendre le régime prescrit par un médecin en fonction du médicament;
  • l'alfacalcidol; utilisé en association avec des bisphosphonates, est un précurseur de la forme active de la vitamine D; améliore l'absorption du phosphore et du calcium de l'intestin, augmente l'élasticité de l'os; pris un long cours;
  • préparations de calcium (Calcium-D3-Nicomed, Calcemin, etc.); utilisé en combinaison avec des bisphosphonates; augmenter la force des os; prenez-les à l'intérieur, après les repas, un long cours;
  • Vitamines B (Neyrobion, Milgama et autres); activer le processus de formation osseuse; sont pris par voie orale ou intramusculaire, généralement dans un délai d'un mois.

Le traitement non médicamenteux comprend principalement des recommandations pour le régime moteur du patient. Il a besoin de bouger, peut-être avec une canne lors de longues promenades. Il est prouvé que des marches quotidiennes de 20 à 30 minutes à un rythme moyen améliorent l'état de la personne et lui permettent de récupérer. Le repos complet (en particulier le repos au lit) est contre-indiqué et aggrave le pronostic.

En fonction du stade de la maladie, des plaintes du patient, le médecin des exercices de physiothérapie le désignera pour exercer la physiothérapie. D'abord, ils devront être exécutés sous son contrôle, puis plus tard à la maison.

De plus, l'électrostimulation aidera à prévenir l'atrophie musculaire. Certains dispositifs alimentent les muscles de l'articulation touchée à la fréquence et à l'amplitude souhaitées d'un signal électrique - les muscles se contractent et se détendent comme si la personne bougeait.

Traitement chirurgical

Il existe de nombreuses méthodes pour le traitement chirurgical de la nécrose aseptique de la tête fémorale. Certains aident à soulager la douleur du patient, tandis que d'autres le ramènent à la vie normale.

L'opération est réalisée dans les cas où le traitement conservateur a été inefficace ou à ces stades de la maladie où il est a priori ne peut donner un résultat positif.

En fonction des caractéristiques spécifiques du traitement par ONGB et de certains autres facteurs, les types d'opérations suivants peuvent être recommandés au patient:

  • effet tunnel et décompression de la tête fémorale (des trous y sont créés, entraînant une diminution de la pression intra-osseuse et une diminution de l'intensité de la douleur); au stade I-II de la maladie, l'efficacité de cette méthode tend à 90%;
  • la transplantation d'un fragment musculo-squelettique; la partie décédée de la tête fémorale est prélevée et transplantée dans cette zone de taille appropriée du péroné avec un vaisseau - ceci contribue à renforcer la tête et à augmenter le flux sanguin dans la zone touchée;
  • ostéotomie intertrochantérienne; vous permet de redistribuer la charge maximale sur des zones saines et intactes de l'os, ce qui contribue à réduire la douleur et à restaurer la région endommagée de la tête; l'opération implique l'excision en forme de coin d'un fragment du fémur au niveau des brochettes et la fixation ultérieure de fragments dans une position avantageuse à l'aide de dispositifs orthopédiques spéciaux; dans certains cas, l'opération entraîne une diminution de l'amplitude de mouvement dans l'articulation opérée;
  • arthroplastie; implique l'enlèvement d'un fragment nécrotique de la tête et l'installation ultérieure autour de celui-ci d'une bande de peau, de muscle ou d'os et de tissu cartilagineux du patient; à la suite de l'opération, l'amplitude de mouvement dans l'articulation augmente, la douleur devient moins intense, la boiterie diminue;
  • arthrodèse; cette opération entraîne l'immobilisation de l'articulation, mais en même temps, la douleur est complètement éliminée; est pratiqué dans les cas où l'arthroplastie ou les endoprothèses sont contre-indiqués en raison de l'âge du patient ou de toute maladie grave;
  • endoprothèses; la seule opération qui conduit au rétablissement complet du patient le ramène au rythme de vie habituel; son essence est de retirer la tête fémorale touchée puis d'installer une prothèse en métal; une fois la période de rééducation terminée, l’articulation de la hanche bouge complètement et le patient ne ressent aucune douleur.

L'opération est réalisée sous anesthésie épidurale ou générale.

Après toutes les manipulations chirurgicales, le patient a besoin d'une rééducation reposant sur l'observance du mode moteur et la mise en place d'exercices de physiothérapie. Les exercices sont choisis par un médecin en physiothérapie et sont effectués sous la surveillance de son personnel infirmier.

En outre, on prescrit au patient un massage et une électromyostimulation.

Quel médecin contacter

Si vous soupçonnez cette maladie, vous devriez contacter un orthopédiste. De plus, vous aurez peut-être besoin de l'aide d'un physiothérapeute, d'un massothérapeute, d'un spécialiste en thérapie physique, d'un nutritionniste et d'un thérapeute en réadaptation.

Conclusion

La nécrose aseptique de la tête fémorale est une maladie évolutive susceptible d’aggraver considérablement la vie des personnes. Oui, ce n'est pas fatal, mais vivre, ressentir constamment une douleur atroce, ne pas être capable de bouger complètement, personne ne l'aimerait. Pour éviter cela, il est important de diagnostiquer la maladie aux premiers stades de développement.

Lorsque les premiers symptômes apparaissent (ils sont décrits dans la section appropriée de notre article), vous devriez consulter un médecin et vous soumettre à un examen adéquat. Un diagnostic précoce garantit pratiquement un effet positif du traitement conservateur. Si, soudainement, il s'avère insuffisant et nécessite une intervention chirurgicale, les opérations effectuées au début de la maladie sont moins traumatisantes et la guérison survient plus rapidement.

En cas de diagnostic précoce et de traitement adéquat, le pronostic est favorable pour la plupart des patients. Lancé ONGBK réduit considérablement la qualité de vie, et le seul traitement qui puisse soulager ses souffrances est le remplacement de l'articulation touchée par une endoprothèse.

Avis d'expert sur le problème de la nécrose aseptique:

Le programme "Sur la chose la plus importante" parle de nécrose aseptique de la cuisse:

Nécrose aseptique de la tête fémorale

La nécrose aseptique de la tête fémorale est une maladie qui se développe lorsque le flux sanguin est perturbé. À la suite de cette maladie, le tissu osseux de la tête fémorale commence à se décomposer. La maladie apparaît principalement chez les hommes, âgés de 35 à 60 ans. Beaucoup moins souvent, cette maladie perturbe la moitié féminine de la population. Il y a nécrose de l'articulation de la hanche, d'abord sur une jambe, puis après un moment, la nécrose aseptique passe à la tête de la cuisse de l'autre membre.

Anatomie

L'articulation de la hanche est formée par la tête du fémur, qui se connecte à l'acétabulum (le fémur est considéré comme l'un des os les plus longs de notre corps). Il est situé dans un sac articulaire spécial et est entouré de liquide, ce qui garantit l’apport régulier en nutriments et évite les frictions de l’articulation.

L'os est constitué de cellules utiles telles que les ostéoblastes et les ostéocytes. Ces cellules contribuent à la formation normale du tissu osseux. Et aussi il y a des ostéoclastes, ils agissent au contraire et provoquent la destruction.

Raisons

De nombreux facteurs peuvent provoquer une nécrose de la tête fémorale. Les principaux sont:

  • blessure au membre et chirurgie;
  • utilisation à long terme de corticostéroïdes et d’analgésiques;
  • mauvaises habitudes (alcool et tabac);
  • maladies auto-immunes;
  • problèmes de dos.

Tous ces facteurs conduisent à un dysfonctionnement du système circulatoire, à la suite duquel les produits nécessaires au fonctionnement normal des tissus arrivent très lentement. Il en résulte une nécrose et une nécrose avasculaire de la tête fémorale.

Dans la pratique médicale, la nécrose aseptique de la tête de la hanche est divisée en groupes, tels que:

  • des lésions périphériques se produisent dans la partie externe de la tête fémorale immédiatement sous le cartilage articulaire;
  • central - l’éducation apparaît directement au centre de la tête de l’os;
  • segmentale - nécrose d'un certain segment de tissus sur la partie supérieure ou externe de la tête fémorale;
  • full - toute la partie arrondie du fémur est complètement affectée.

Les étapes

La nécrose aseptique de la tête fémorale, apparaissant, commence à progresser activement tout en se dirigeant vers de nouveaux stades.

Le cours de la maladie comporte plusieurs étapes principales:

  1. La première étape est l'étape où la maladie vient d'apparaître dans le corps. A ce stade, la substance spongieuse, qui fait partie du tissu, commence à se décomposer, sans entraîner de déformation de la tête fémorale, à la suite d'une douleur. Au début, cela se produit pendant le mouvement et finit par devenir un phénomène permanent. Avec une exacerbation, la douleur augmente et peut même disparaître à la fin. Le syndrome de la douleur est parfois si fort que le patient ne peut rien faire et même être au repos. La douleur survient à un moment inattendu et se propage rapidement dans tout le membre.
  2. La deuxième étape - pendant cette période, les sensations douloureuses sont prononcées et ne disparaissent pas jour et nuit. Les mouvements sont difficiles, la masse musculaire autour de l'articulation se modifie et sa taille diminue. Au milieu de la tête de l'articulation, le septum ne se lève pas et commence à se rompre.
  3. Le troisième stade - les cellules nécrotiques commencent à se répandre rapidement dans tout le corps et à s’attaquer aux tissus sains, les infectant. En conséquence, la zone de la mort augmente. L'articulation apporte une anxiété et un inconfort énormes.
  4. Le quatrième stade - il y a un fort frottement de la tête fémorale et du cotyle. Le mouvement est tout simplement impossible. De plus, la déformation des articulations se produit tant à l'intérieur qu'à l'extérieur.

Symptomatologie

Les symptômes explicites, indiquant l'apparition et le développement de la maladie, sont les suivants:

  • douleur dans la région articulaire;
  • atrophie musculaire;
  • changement de la taille des membres ou plutôt diminution;
  • boiterie;
  • mouvement limité dans l'articulation et les membres.

Diagnostics

Lorsque l'un des symptômes apparaît, vous devez contacter un centre médical le plus rapidement possible et vous soumettre au diagnostic approprié. L'identification de la maladie au stade initial de son apparition augmente les chances de se débarrasser de la maladie le plus rapidement possible et d'éviter les interventions chirurgicales et les prothèses de l'articulation et d'une partie de l'os. Pour ce faire, utilisez ces méthodes d’examen:

  • radiographie;
  • CT (tomodensitométrie);
  • IRM (thérapie par résonance magnétique);
  • tests de laboratoire.

Radiographie

Cette méthode permet d'évaluer l'état de l'os. Il se déroule dans les avions suivants:

Ligne droite

Le patient est allongé sur la table de radiographie et redresse les deux membres. Lorsqu’il utilise des rouleaux médicaux spéciaux, ses pieds lui sont fixés, après les avoir préalablement tordus au milieu. Lorsque l'articulation est immobile, la personne se couche sur le ventre et place un coussin dans la région pelvienne, réalisant ainsi la fixation.

Latéral

Le patient, couché sur le dos, plie le membre dans le genou, puis le prend lentement sur le côté. Selon le stade du flux, l'état des os sera visible sur la radiographie.

Au cours du premier stade de la maladie, cette méthode est peu informative, car il n’ya pas de changement visible dans les articulations et les os. Dans certains cas, vous pouvez remarquer le sceau ou inversement la décomposition de l'os.

Au cours de la deuxième étape, les endroits où le processus nécrotique s'est produit, ainsi que les petites fissures dans l'articulation, seront visibles.

Au troisième stade de la progression de la maladie, des sites clairement visibles de déformation de l’os. Au stade de progression aiguë de la maladie, de forts changements dans la tête du fémur sont visibles, il commence à se raccourcir et a une forme large. La déformation est inhérente à l’acétabulum; il est fortement modifié, s’aplatit et aux extrémités apparaissent des croissances grossières. En raison de tels changements, leurs surfaces ne coïncident plus.

Tomographie

Cette méthode de traitement examine l'état des tissus mous et des vaisseaux entourant l'articulation touchée, ainsi que la tête du fémur. La patiente s’allonge sur le canapé, au signal elle entre dans le tomographe, où l’irradiation est effectuée. Toutes les images sont immédiatement stockées dans l'ordinateur et sont très pratiques à prendre en compte.

Une méthode largement utilisée pour diagnostiquer la maladie. La procédure prend environ 20 minutes. Pendant cette période, vous devez rester immobile et immobile pour que les images soient de haute qualité. Tout au long de la procédure, le patient est étroitement surveillé et surveillé par une caméra vidéo intégrée à l'appareil.

Tests de laboratoire

Outre les méthodes de recherche sur le matériel, des tests de laboratoire sont également utilisés. Pour cela, on prélève du sang pour déterminer les indicateurs suivants:

  • la quantité de minéraux;
  • paramètres biochimiques;
  • indice d'ostéocalcine.

Avant de passer l'analyse, vous devez vous abstenir de manger, de prendre des boissons alcoolisées et de ne pas fumer.

Thérapie

Le traitement de la maladie est prescrit après la réalisation des mesures de diagnostic et la détermination de la cause exacte qui en est la cause. Selon le stade de développement de la maladie, le traitement peut être:

Conservateur

La thérapie conservatrice consiste à utiliser certains groupes de médicaments:

Vasculaire signifie

Les médicaments de ce groupe aident à améliorer la circulation sanguine. Du fait de la normalisation du flux sanguin, les substances bénéfiques nécessaires à leur développement normal pénètrent dans les tissus. Les médicaments suivants sont souvent utilisés:

  • carillons;
  • nicotinate de xantinol;
  • trental;
  • dipyridamole.

Le cours de thérapie dure environ deux mois, puis une courte pause est prise et répétée. La dose et la fréquence d'administration dépendent du médicament et du type de maladie.

Chondroprotecteurs

Chondroprotecteurs - contribuent à l'élimination de la douleur, de l'inflammation et de la normalisation du calcium nécessaires au renforcement du tissu osseux. Les médicaments peuvent être administrés par voie intramusculaire ou orale. Pour augmenter leur efficacité, ils sont souvent pris en combinaison. Pour la thérapie utilisant ces médicaments:

Vitamines

Pour le traitement utilisant des vitamines du groupe B. Elles activent le travail des cellules utiles - les ostéoblastes, qui sont responsables de la formation d’un os fort et sain. Le traitement commence par l'administration intramusculaire des médicaments suivants:

Après deux semaines de vitamines, ils commencent à utiliser le médicament contenu à l'intérieur. Pour ce faire, utilisez:

Les anti-inflammatoires - aident à éliminer rapidement le processus inflammatoire et la douleur, ainsi qu’à améliorer le flux sanguin au site de la blessure. Les médecins prescrivent souvent les médicaments non stéroïdiens suivants:

La durée du cours dépend du stade de la maladie.

Milorexants

Ce sont des substances médicinales qui soulagent la tension dans les muscles. La relaxation musculaire contribue à améliorer la circulation sanguine dans les vaisseaux autour de la zone touchée. Les drogues connues sont:

Bisphosphonates - médicaments qui régulent le métabolisme du calcium. Cela fournit à son tour:

  • reconstitution du calcium et éviter sa carence;
  • favoriser la régénération du tissu osseux;
  • ils ne permettent pas la prédominance des cellules ostéoclastes, en conséquence, la destruction de l'os est éliminée.

Le traitement avec ces médicaments est très long et atteint souvent un an. Sont souvent utilisés:

Après une longue médication, une rééducation est nécessaire, ce qui aidera à restaurer les muscles et les articulations le plus rapidement possible. Pour ce faire, marchez et augmentez chaque jour leur durée. Au début, il était recommandé d'utiliser un bâton pour réduire le stress sur l'articulation endommagée, mais au bout de quelques semaines, laissez vos aides à la maison. Et aussi effectuer des exercices spéciaux que le médecin vous recommandera.

La chirurgie

Ce type de traitement est mis en oeuvre lorsque la maladie progresse rapidement et qu’elle entre dans la dernière phase de son développement, ainsi que lorsque le traitement médicamenteux n’apporte pas le soulagement et le résultat souhaité. À ce jour, il existe plusieurs types d'interventions chirurgicales pour aider à éliminer la maladie. Les principaux sont:

Tunelization

Un petit tunnel est créé dans la tête de l'os, à travers lequel l'excès de sang s'écoule et les tissus morts sont éliminés. Après cela, on injecte un médicament qui améliore le flux sanguin et favorise la récupération des cellules tissulaires.

Arthrodèse

Une telle opération est réalisée pour éliminer la très forte douleur qui survient même dans un état calme. Pour cela, les os nécrotiques et le cartilage articulaire sont enlevés. Après cela, une connexion de la tête fémorale et de la dépression avec des vis, des vis ou des tiges spéciales est réalisée. Après la manipulation, le plâtre est appliqué pendant plusieurs mois.

Endoprothèses

Avec une forte lésion de la tête fémorale, le seul traitement disponible est la procédure - endoprothèse. Le chirurgien enlève complètement le tissu mort et la tête de l'articulation et établit à sa place une prothèse spécialisée.

La chose principale à retenir, si la nécrose de la tête de la hanche n'est pas traitée, il y aura des conséquences très désagréables pouvant conduire à une invalidité.

Nécrose aseptique de la tête fémorale

La nécrose aseptique de la tête fémorale (ANHH) est une maladie associée à une lésion du système musculo-squelettique résultant d'une insuffisance de la circulation sanguine. Lame, problèmes de mobilité des membres - les principales complications.

Qu'est-ce que la nécrose aseptique de la tête fémorale?

ONGOK résulte d'un dysfonctionnement du système circulatoire dans le tissu osseux. L'apparition d'une nécrose ne se produit pas instantanément, la maladie dure longtemps. Tout d'abord, la couche supérieure de l'épiderme meurt, puis des processus destructeurs se déroulent directement dans le tissu cartilagineux.

Les personnes les plus exposées à la maladie sont les personnes âgées de 30 à 60 ans. Dans ce cas, il ne faut pas exclure un âge plus jeune, qui est récemment devenu pas rare.


Si la maladie se manifeste à un jeune âge, le patient a une chance de la gérer facilement et l’oublie complètement en le considérant comme un léger malentendu.

Si l'assistance qualifiée a été rendue hors du temps, la maladie se développe sous une forme chronique. Le traitement thérapeutique deviendra imperceptible, sans parler des résultats attendus.

Les causes de cette pathologie

Les causes de la nécrose aseptique résident dans les troubles circulatoires de l'articulation, qui entraînent la mort des cellules osseuses.

En règle générale, à la suite d'une blessure, il y a violation du système circulatoire, accompagnée de lésions du vaisseau ou de blocage par des caillots de sang. Si un tel processus avait un cas, le patient devrait s'attendre à l'apparition de processus dégénératifs qui se manifesteraient au moins dans un an.

Abus de médicaments hormonaux.

Tout le monde sait que la prise de médicaments hormonaux a de nombreux effets secondaires, dont le développement de l'ostéoporose.

Les premiers signes de la maladie, le patient commence à remarquer lors de charges moyennes et importantes. Ils manifestent des sensations douloureuses dans les articulations.

Prise de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Ainsi que les médicaments hormonaux ont un effet secondaire - l'ostéoporose. Les os se relâchent, incapables de supporter la charge, ce qui entraîne l'apparition de la maladie.

Maladies de nature auto-immune.

L'inflammation immunitaire dans le corps est accompagnée d'une violation de la circulation sanguine. Les vaisseaux sanguins perdent leur élasticité. Avec la poursuite du traitement hormonal, une forme grave de nécrose aseptique apparaît.

Maladie associée à une diminution de la pression dans le mélange par inhalation. Les bulles gazeuses résultantes pénètrent dans le système circulatoire, bloquant ainsi le flux sanguin.

Mode de vie malsain.

L'abus de tabac et d'alcool peut être le moteur de l'échec de tout le corps, conduisant au développement de la maladie.

La formation d'une hernie intervertébrale est la principale cause d'une mauvaise circulation sanguine dans le tissu osseux. L'apparition de spasmes s'accompagne de douleur pour le patient et de condition préalable au développement de l'ONGB.

Vous devez savoir que la raison exacte de la présence d'ONGB n'est pas entièrement comprise. Environ un quart des cas de cette maladie restent inconnus. Peut-être que la réponse est à rechercher dans le mode de vie du patient et la durée du stade de nécrose.

Symptômes et signes caractéristiques

Pour prévenir le développement de la maladie en temps voulu, il est important de connaître les symptômes de la maladie et ses signes.

Les symptômes de l'apparition d'une nécrose aseptique sont réduits à l'apparition de sensations douloureuses dans l'os de la hanche.

C’est la raison principale pour laquelle on sollicite l’aide d’un spécialiste:

Peut se manifester à l'aine, à la cuisse et, dans certains cas, à la région du genou. Tout dépend du seuil de douleur du patient. L'apparition de sensations douloureuses se produit lors de la marche ou du jogging. L'apparition de la douleur ne dort pas complètement la nuit. Plus près de la matinée, il passe, mais au moindre fardeau sur la jambe, il se manifeste encore et encore.

Les attaques douloureuses rendent le patient mou. La démarche devient incertaine et fragile.

Le mouvement de l'articulation de la hanche devient limité. Le patient a du mal à faire des mouvements avec ses pieds. Les membres deviennent comme de la pierre et n'obéissent pas.

Disproportion de la longueur des jambes.

En règle générale, le signe principal d'un BHAH progressif est un changement de longueur de jambe vers un raccourcissement ou inversement. La disproportionnalité est visible à l'œil nu.

Les principaux symptômes de la maladie sont des douleurs de nature permanente, qui indiquent des modifications atrophiques des muscles des hanches et des fesses. Ignorer le traitement entraîne une limitation partielle ou complète des fonctions motrices.

Stades de développement de la pathologie

Selon la classification médicale, il existe 5 stades de nécrose aseptique de la tête fémorale.

L'examen radiographique ne donne pas une image complète de la maladie, ce qui oblige souvent les médecins à diagnostiquer l'ostéochondrose de la colonne lombaire. La structure de la tête fémorale n'est pas déformée, le patient ne ressent presque aucune douleur. Ce n'est que de temps en temps que la douleur se manifeste sous la forme d'un lumbago dans la région lombaire et dans l'articulation du genou.

Les images radiographiques montrent de multiples pannes de courant dans la tête fémorale et le flou du motif structural. De nombreuses micro fractures osseuses sont perceptibles. La tomodensitométrie permet de décrire une image plus détaillée, où il est possible de remarquer des défauts évidents de nature nécrotique.

La tête fémorale prend une forme plate, les fragments de rayons X sont flous et flous. Il y a une expansion de l'espace commun. Le col fémoral devient plus court et plus épais, ce qui affecte la taille des membres et des problèmes de mouvement. À ce stade, il est difficile pour le patient de se déplacer car il existe une hypotrophie des tissus mous de la cuisse.

Les images radiologiques montrent un tracé de lumière kystique ronde.

Tous les signes de ce stade ressemblent à une arthrose déformante. La structure osseuse est modifiée, a une forme plate, il y a une violation claire des surfaces articulaires.

Vidéo

Signalisation de faisceau ONGBK

La maladie est pratiquement méconnaissable aux stades précoces même lorsque les rayons X sont pris.

Les premiers signes d'ONGE lors des radiographies sont:

  • divergence des paramètres de densité du tissu osseux dans certaines zones de la tête;
  • l'apparition de petits foyers de raréfaction dans la zone de compactage;
  • minimiser la force des os vivants;
  • la présence d'une fracture d'impression;
  • changer la forme du contour de la tête;
  • modification de l'espace articulaire.

L'apparition de nécrose est mise en évidence par des zones en forme d'ombre sombre, entourées d'une zone claire, derrière lesquelles une partie dense est observée.

En tant que diagnostic différentiel, un degré d'efficacité élevé est démontré par l'imagerie par résonance magnétique (IRM).

La tomodensitométrie (TDM) aide à la détection rapide de la maladie à un stade précoce de développement. Ceci est démontré par la présence de petites cavités kystiques qui peuvent être remplies de liquide et entourées de zones de sclérose dans l'espace sous-arochnoïdal du fémur.

CT vous permet de définir avec précision le domaine de localisation de l’éducation, sa forme et sa taille. Grâce aux études topographiques, la possibilité d'un pronostic favorable après l'opération est multipliée par plusieurs.

La présence d'ONGB au cours de l'IRM est indiquée par les modifications suivantes du tissu osseux:

  • intensité de signal réduite de la moelle osseuse;
  • remplacement du tissu adipeux cérébral par du tissu conjonctif fibreux.

Par leurs modifications, les indices IRM ressemblent à un œdème hémorragique. L'IRM peut détecter la maladie à un stade précoce et développer un schéma thérapeutique pour le patient.

Le changement de cette pathologie dans les tests de laboratoire

En cas de suspicion d'ANGBB, le médecin procède à un examen visuel du patient et émet une directive de diagnostic, qui comprend la délivrance de tests de laboratoire:

  • numération globulaire complète;
  • analyse d'urine;
  • test sanguin biochimique;
  • examen immunologique du sang;
  • étude sur le métabolisme des lipides.

En règle générale, au stade initial, les tests de laboratoire ne subissent aucun changement important. Cela est dû au fait que le corps a activé ses fonctions de protection et résiste. La maladie est secrète.

Au cours de la transition vers la phase 2 de l'ONGBK, les tests de laboratoire révèlent une violation du flux sanguin capillaire, alors que la pression intra-osseuse du patient augmente, un syndrome d'hypercoagulation apparaît.

Pour confirmer le diagnostic, un examen aux rayons X est nécessaire.

Nous nous débrouillons sans chirurgie

Le traitement de la nécrose aseptique de la tête fémorale sans chirurgie vise à rétablir l'apport sanguin dans la région de la tête et la régénération du tissu osseux. La durée de la période de récupération dépend du degré de négligence de la maladie. Plus la maladie est diagnostiquée rapidement, moins de temps sera consacré au traitement.

En médecine, il y a trois périodes de récupération du patient.

La toute première période initiale

La première prévoit un traitement dont la durée peut aller de quelques jours à six mois. Il permet au patient de se conformer à un repos complet.

Moins il aura mal à un membre douloureux, mieux ce sera pour lui. A ce stade, il est nécessaire de s'abstenir de toute charge. Recommandé d'effectuer un ensemble d'exercices matinaux légers, mais sans plus.

Vous devez savoir que sans complexe de gymnastique médicale, le rétablissement de la maladie ne fonctionnera pas.

Pendant cette période, le médecin prescrit des médicaments anti-inflammatoires et vasodilatateurs au patient. Peut-être un massage.

La deuxième période de ce traitement

Durée 2 périodes peuvent être de 6 à 8 mois. A ce moment, la partie déformée de la tête est déjà un événement accompli.

Le patient est autorisé à marcher sur son pied un peu plus longtemps que d'habitude, mais pas plus d'une demi-heure par jour. Entre deux marches est requis une pause de 15 minutes. Il est utile de faire de la natation.

La gymnastique thérapeutique et le massage ont un effet positif sur la tête fémorale. La décompression de la tête est nécessaire pour obtenir un succès positif.

La troisième période de thérapie humaine

La maladie est caractérisée par un long processus, les mesures thérapeutiques sont peu efficaces. Cela est dû au fait que la nécrose se transforme en arthrose ou en coxarthrose.

Un massage, un ensemble d'exercices physiques et l'utilisation de vasodilatateurs aident à combattre la maladie sous-jacente.

Traitement chirurgical de la maladie

Recommandé dans les cas où le conservateur n'est pas très efficace. La pratique montre que le temps passé au traitement thérapeutique peut donner des résultats positifs en quelques mois. Si vous ne faites pas partie des chanceux, préparez-vous pour la chirurgie.

Endoprothèses - remplacement de l'articulation de la hanche par une prothèse artificielle.

La goupille est fixée par la colle. Parallèlement à ces actions, une intervention chirurgicale est réalisée sur la partie articulaire de la hanche. Cela est nécessaire pour créer un lit dans l'os dans lequel la tête artificielle de l'articulation tournera complètement.

Après l'opération, la douleur du patient disparaît et la mobilité antérieure des extrémités est rétablie.

L'opération est très complexe. Après il est possible le risque d'infection ou d'autres complications. Par conséquent, le processus de préparation des spécialistes à cette tâche est d’une importance non négligeable.

Lors de l'ajustement de mauvaise qualité de l'articulation artificielle, le degré de son fonctionnement est nettement raccourci, ce qui conduit à son relâchement. Après environ deux ans, le patient recommencera à ressentir de la douleur et la prochaine opération sera nécessaire.

Invalidité et pronostic de récupération

ONGBK fait référence aux types de maladies qui, sur une courte période, peuvent réduire le risque de qualité de vie du patient, l’immobiliser partiellement ou entraîner une invalidité totale. Les limitations dans la mobilité des membres et la douleur aiguë tout en ignorant le traitement peuvent devenir des compagnons constants de la vie.

Autres effets de la maladie:

  • arthrose de l'articulation de la hanche;
  • la coxarthrose;
  • boiterie;
  • handicap.

Comme on peut le constater, le pronostic du traitement de la maladie au dernier stade ou le refus du traitement entraîne des conséquences graves. Plus la maladie est diagnostiquée tôt, plus la guérison sera rapide. Un pronostic favorable est garanti pour la partie jeune de la population, à condition que le traitement soit commencé à temps.

Ainsi, la nécrose aseptique de la tête dans le fémur est un type de maladie dangereux. Presque chez 90% des patients, la cause de la maladie était des problèmes du système circulatoire.

La maladie est complètement curable aux stades initiaux. Le processus de traitement prend du temps, mais se justifie. Dans d'autres cas, une intervention chirurgicale est recommandée, sinon le patient est confronté à une limitation de la mobilité articulaire et de son handicap.

Symptômes et traitement de la nécrose aseptique de la tête fémorale

Une nécrose aseptique de la tête fémorale est détectée chez les jeunes en âge de travailler et, si elle n'est pas traitée, entraîne une invalidité du patient pendant 3-4 ans en raison de la destruction progressive de la tête de la hanche. Cette maladie est polyétiologique, c’est-à-dire qu’elle survient lorsque plusieurs facteurs sont affectés. Le diagnostic de la nécrose est réalisé par des méthodes à rayons X. Les méthodes de traitement conservatrices (médicales et physiothérapeutiques) n’ont un effet positif que dans les premiers stades de la maladie.

La nécrose aseptique de la tête fémorale (ostéonécrose aseptique ou maladie de Perthes) est une maladie de l'articulation de la hanche associée à la mort du tissu osseux de la tête résultant d'une altération de la circulation sanguine locale. Une lésion bilatérale des jambes est observée dans 10 à 20% des cas, et une nécrose unilatérale survient le plus souvent dans la tête fémorale droite. La maladie est plus fréquente chez les hommes (le rapport avec l'identification de la maladie chez les femmes est de 8: 1), entre 30 et 50 ans.

Il y a 5 stades de la maladie:

  • Zéro, stade précoce. Nécrose des cellules de la moelle osseuse, manque d'intégrité des tissus. Un œdème local se développe. La symptomatologie est absente et les modifications de l'os ne peuvent être détectées que lors de l'imagerie par résonance magnétique de contraste.
  • La première étape, réversible. Nécrose totale de la moelle osseuse dans la tête de la hanche, début de la nécrose du septum osseux. L'IRM montre un œdème de la moelle osseuse et, dans la partie supérieure de la tête, une bande foncée en forme de faucille. Pas d'autres symptômes.
  • La deuxième étape initiale, irréversible. Il y a une séparation de la zone nécrotique du tissu de granulation. Une nouvelle formation osseuse commence. Périodiquement, il y a une douleur à l'aine. Les rayons X ont révélé des zones de lumière pathologique. L'IRM montre clairement la zone de l'os, délimitée par deux bandes.
  • La troisième étape (fracture d'impression). Impression de la zone touchée de la tête. Il existe un syndrome douloureux prononcé, aggravé par des mouvements.
  • Quatrième étape tardive. Caractérisé par la déformation progressive de la tête de hanche et le développement du processus dystrophique dans l'articulation. Le fragment mort est séparé de l'os. Il est fragmenté et, dans certains cas, résorption et remplacement du tissu conjonctif. Le cou de la cuisse est raccourci et déformé.

Nécrose aseptique de la tête fémorale

Chez les enfants, cette maladie est plus fréquente chez les garçons entre 5 et 12 ans. Chez les filles, la nécrose de la tête de la hanche est moins fréquente, mais la maladie est plus grave. L'un des facteurs déterminants dans le pronostic de cette pathologie étant le diagnostic précoce, il est alors nécessaire de consulter un médecin orthopédiste s'il ressent une légère douleur dans les jambes de l'enfant ou une violation de sa démarche.

Si non traitée, l'ostéonécrose aseptique dans un tiers des cas entraîne une coxarthrose de l'articulation de la hanche - lésion du cartilage articulaire, déformation des os et destruction des articulations de la hanche. Les symptômes de ces deux maladies sont similaires. La différence avec la coxarthrose est que dans ce cas, la destruction des tissus cartilagineux se produit.

La destruction de l'articulation de la hanche chez les patients entraîne une violation des fonctions motrices, une limitation des mouvements, une atrophie musculaire de la cuisse. Le syndrome douloureux prononcé affecte considérablement la qualité de la vie et oblige à utiliser régulièrement des analgésiques. L'implication de la couche interne du sac articulaire et des vaisseaux dans le processus inflammatoire et les modifications du tissu osseux rendent le processus de destruction articulaire irréversible.

Chez 80% des patients, la tête fémorale est détruite dans les 3-4 ans. L'une des conséquences de la maladie est la nécessité d'un remplacement complet (arthroplastie) de l'articulation chez la moitié des patients. Cette opération est coûteuse et ne garantit pas le rétablissement complet de l'activité physique. Une intervention chirurgicale répétée est nécessaire pour 40% des patients, plus tôt que 10 ans après la première prothèse. Souvent, la destruction rapide de la tête de la hanche, limitant la mobilité de l'articulation et la boiterie en raison du raccourcissement du membre, conduit à une invalidité.

Les principaux facteurs d'ostéonécrose aseptique sont les désordres:

  • apport de sang artériel à la tête de la hanche;
  • métabolisme des lipides (chevauchement des vaisseaux avec des plaques graisseuses, observés dans l'alcoolisme, l'hyperlipidémie et le traitement par des médicaments hormonaux);
  • coagulation du sang;
  • résorption osseuse.

Le développement de la maladie se produit pour les raisons suivantes:

  • lésions articulaires, notamment avec lésions des vaisseaux sanguins (fracture de la hanche, luxation);
  • alcoolisme chronique (consommation d'alcool supérieure à 0,4 litre par semaine);
  • chimiothérapie et radiothérapie;
  • hormonothérapie (l'une des causes les plus courantes);
  • lipides sanguins élevés;
  • maladie de décompression (blocage de petites artères avec des bulles d'air);
  • sclérodermie systémique;
  • prédisposition génétique;
  • la polyarthrite rhumatoïde;
  • lupus érythémateux disséminé;
  • diminution de la durabilité de la tête suite à une forte augmentation de poids pendant la grossesse.

Lorsque vous buvez de l'alcool, des médicaments hormonaux, le tabagisme, les cellules souches de la moelle osseuse sont inhibées. Le tissu osseux s'affaiblit et des microfractures surviennent dans les septa sous stress. En raison de la compression mécanique des veines, une augmentation de la pression de la moelle osseuse et une diminution du débit sanguin se produisent.

Les facteurs de risque d’apparition de la maladie comprennent:

  • ostéoporose systémique;
  • maladies du système circulatoire;
  • pathologie du foie, des glandes surrénales;
  • pancréatite aiguë ou chronique;
  • drépanocytose;
  • chirurgie de la hanche;
  • inflammation immunopathologique des vaisseaux sanguins.

Chez les enfants, le facteur décisif dans l'apparition de la nécrose est l'hypoplasie congénitale de la moelle épinière dans la colonne lombaire, qui peut elle-même passer inaperçue au cours de la vie et se manifester sous forme de pathologies orthopédiques. Sur le plan anatomique, cela se traduit par le fait que l’enfant, au lieu de 10 à 12 grandes artères, qui devraient normalement entourer la tête de la cuisse, ne compte que 2 à 4 sous-développés. Les impulsions pour le développement de la nécrose chez les enfants sont:

  • lésion physique (y compris insignifiante) entraînant la compression des vaisseaux sanguins sous-développés;
  • maladies infectieuses.

Les symptômes de nécrose sont différents - de l'absence de toute manifestation à la douleur intense dans l'articulation de la hanche touchée. Les caractéristiques suivantes sont caractéristiques du syndrome de la douleur:

  • localisation - dans la région de l'aine, donnée aux genoux (70% des cas), au bas du dos, aux fesses, au tibia et à l'aine;
  • au stade initial, des crises périodiques se produisent;
  • au repos, la douleur diminue, augmente avec l'effort, la marche, le mauvais temps;
  • ensuite, l'intensité des sensations douloureuses augmente et devient constante;
  • pas de fièvre avec douleur;
  • malgré le traitement, le syndrome douloureux est persistant.

L'irradiation de la douleur dans d'autres zones conduit à la nécessité de différencier le diagnostic de la radiculite lombo-sacrée et d'autres pathologies. De plus, les symptômes suivants sont observés:

  • restriction des mouvements de l'articulation (y compris en l'absence de douleur), en particulier ceux en rotation;
  • chez certains patients, l'apparition soudaine de la maladie;
  • aplatissement des muscles fessiers et atrophie prononcée de la jambe atteinte;
  • localisation bilatérale dans 50 à 60% des cas. La défaite de la deuxième jambe survient souvent moins d’un an après le début de la nécrose de la première jambe.

Certains patients pendant l’exacerbation ne peuvent pas rester debout et marcher, mais avec un soulagement spontané, ils reprennent une activité normale. Les enfants se plaignent le plus souvent de douleurs à la hanche ou au genou. Il peut y avoir une perturbation de la démarche (s'accroupir sur une jambe ou la faire glisser).

La méthode de diagnostic traditionnelle est l'examen aux rayons X, qui est effectué au premier stade du diagnostic. Sur l'image radiographique de la zone de nécrose, sa taille et sa forme. L’inconvénient de cette méthode est qu’elle ne donne pas d’informations sur les premiers stades de la maladie, car pendant cette période, la tête conserve sa forme et la structure osseuse n’est pas perturbée. La nécrose des os spongieux peut être détectée par un examen histologique. Une erreur médicale courante est d’arrêter de chercher plus avant les causes de la douleur et les patients commencent à être traités pour une ostéochondrose lombaire, une inflammation du nerf sciatique ou une arthrose du genou.

Il est possible d'identifier la maladie au stade initial en utilisant des méthodes plus avancées et de haute technologie: tomographie par rayons X en spirale ou imagerie par résonance magnétique (IRM). L'absence de signes de maladie sur les rayons X ne signifie pas que le processus pathologique est absent. Sur les tomographies informatisées, la partie endommagée de l'os est visualisée sous la forme d'un rebord assombri et l'œdème des tissus environnants se présente sous la forme d'un nidus hyperintensif (léger). L'IRM et la TDM permettent également d'évaluer d'autres facteurs qui ne sont pas disponibles avec un examen radiologique conventionnel:

  • visualisation des tissus périarticulaires mous;
  • évaluation des structures cartilagineuses;
  • détection d'inclusions kystiques;
  • détection de l'accumulation de liquide intra-articulaire;
  • déterminer le stade du processus pathologique et la zone de dommage articulaire.

Nécrose aseptique de la tête fémorale en IRM

L’IRM et le scanner permettent d’obtenir des images de l’articulation dans différents plans sans modifier la position du corps du patient. Un diagnostic précoce permet de commencer le traitement de l'articulation de la hanche à temps et d'éviter des conséquences graves. À l'aide de ces méthodes, il est possible de surveiller l'état de la prothèse dans la période postopératoire et l'intégrité de la structure métallique. Le seul inconvénient des études sur ordinateur est leur coût élevé, ce qui entrave l'utilisation pratique de ces méthodes par les médecins.

Lors de la confirmation des modifications de l'articulation sur le tomogramme, un test sanguin et urinaire supplémentaire est effectué pour déterminer le niveau de calcium. L'augmentation du calcium dans l'urine, indiquant une élimination accrue de celle-ci du corps humain, est un autre signe de la maladie.

Dans les premiers stades de la maladie, quand il n’ya toujours pas de déformation de la hanche, le traitement peut être effectué par des méthodes conservatrices, sans intervention chirurgicale. La pharmacothérapie comprend l’utilisation des groupes de médicaments suivants:

  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens.
  • Antispasmodiques.
  • Antioxydants administrés par voie intramusculaire, intraosseuse ou sous forme de pommade (Mexidol, Perftoran et autres).
  • Les bisphosphonates, qui ralentissent le processus de destruction osseuse (Ksipifon, Etidronat, Pleostat, Clodronat, Fosfotekh, Pamidronat, Risedronat et autres).
  • Régulateurs du métabolisme du calcium (Alfacalcidol, Oteogenon et autres).
  • Préparations vasculaires pour la réduction des événements ischémiques de la tête fémorale (dipyridamole, curantil, nicotinate de xantinol).
  • Chondroprotecteurs, restauration des processus métaboliques dans le cartilage articulaire.
  • Complexes de vitamines (les vitamines du groupe B sont utilisées en association avec des chondroprotecteurs, 1 à 2 fois par an).
  • Anticoagulants, lorsque la maladie est associée à une thrombophilie (susceptibilité à la thrombose des vaisseaux sanguins) ou à une hypofibrinolyse.

En association avec un traitement médicamenteux ou en postopératoire, des procédures de physiothérapie sont appliquées:

  • L'oxygénation hyperbare améliore la microcirculation dans les tissus endommagés, réduit le gonflement et la douleur.
  • Thérapie extracorporelle par ondes de choc.
  • Exercice thérapeutique visant à renforcer les muscles des jambes (étirement passif, exercices d'équilibre). Les cours ont lieu pendant 10-15 séances tous les 3 mois.
  • Électrophorèse.
  • Massage tonifiant.
  • Magnétothérapie.
  • Thérapie au laser
  • Effets vibroacoustiques sur les vaisseaux sanguins (appareil Vitafon).
  • Bains de boue et d'eau minérale.

Les procédures thermiques (applications avec de la paraffine, de l'ozokérite, de la boue chaude) sont contre-indiquées, car elles contribuent à une augmentation de la pression intra-osseuse. Le traitement de la maladie est effectué pendant une longue période, pendant 1 à 4 ans. Le traitement conservateur est effectué si la zone de nécrose est petite. Deux fois par an, les patients subissent un examen aux rayons X (ou IRM, CT). Avec le traitement en sanatorium, qui dure environ 3 ans au total, l’état de la tête de la hanche s’améliore chez 75% des patients. Le traitement à l'oxygène sous pression (oxygénation) chez l'adulte pendant 3 mois montre une régression du processus nécrotique dans 80 à 90% des cas.

Pendant le traitement d'un membre avec une articulation blessée, le repos doit être assuré. Les enfants atteints de cette maladie ont des mouvements limités (repos au lit) pendant deux semaines. Pour le traitement des enfants et des adolescents atteints de nécrose au stade 2-3, des orthèses et des pansements en plâtre sont appliqués pendant 1,5 à 2 mois:

  • pansements en plâtre Lange, Petri, vinaigrette au coxite;
  • orthèses bilatérales pour la fixation des deux jambes: attelles Toronto, Atlanta, Newington, Vilna, pneus de Mirzoev;
  • dispositifs unilatéraux (accolades Taylor, Imhauser, SPOC, Thomas);
  • flexion, avec fixation fixe (corset Birmingham, Schneider).

Ces mesures permettent de décharger la tête de la hanche. Le mouvement de l'enfant est effectué à l'aide de béquilles.

Le pneu du professeur Mirzoyeva

Comme les mauvaises habitudes jouent un rôle important dans l'apparition de la nécrose, il est nécessaire d'arrêter de boire et de fumer. L'articulation de la hanche doit être protégée de l'hypothermie, des charges lourdes, de la musculation, des sauts, ainsi que de la marche ou de la course longues. Les enfants atteints de cette maladie sont contre-indiqués dans les cours d’éducation physique du groupe général et lors de compétitions. Le meilleur moyen de rester en forme est la natation. Un examen régulier par un orthopédiste devrait être effectué au moins 2 fois par an.

Dans les derniers stades de la maladie, lorsque commence la déformation irréversible de l'articulation, un traitement chirurgical est effectué. Il existe plusieurs types d'opérations:

  • ostéotomie intertrochantérienne (excision du coin osseux et connexion de fragments avec un fixateur afin de modifier la biomécanique de l'articulation et de retirer de la charge la zone affectée de la tête);
  • décompression (ouverte ou tunnel);
  • ostéotomie en rotation (élimination du segment de la tête fémorale de la charge par rotation du cou);
  • chirurgie plastique - remplacement du foyer de nécrose (matériaux granulaires ou cimenteux biocomposites, greffes d'os broyés, implantation de faisceaux vasculaires);
  • endoprothèses (remplacement complet de l'articulation).

Arthroplastie de la hanche

La méthode la plus radicale et traumatique est l'arthroplastie, dont les indications sont:

  • la vieillesse du patient;
  • grande déformation de la tête ou du cotyle de l'articulation;
  • maladies systémiques des vaisseaux artériels des jambes;
  • thrombophlébite;
  • diabète sucré;
  • pyélonéphrite et autres comorbidités graves.

Cette opération est indésirable à un jeune âge. La restauration complète de l'articulation ne se produit souvent pas. L'intervention chirurgicale chez l'enfant est pratiquée à l'âge de 6 ans au moins en présence d'un foyer important de nécrose pouvant entraîner une déformation grave ou une subluxation de l'articulation. Dans l'enfance, les opérations les moins traumatiques sont utilisées - correction d'une ostéotomie de la hanche ou transposition en rotation du cotyle. Les fragments d'os sont fixés à l'aide de dispositifs en métal spéciaux qui sont retirés au bout de quelques mois. Immédiatement après l'opération, l'enfant est placé sur un plâtre.

Le traitement de la maladie dans la phase initiale peut être effectué des remèdes populaires. Il est très important de consulter un médecin, de suivre toutes ses recommandations et de contrôler périodiquement l'état de l'articulation.

L'acupuncture a longtemps été utilisée pour le traitement de diverses maladies, dont le principe d'action n'est pas encore tout à fait clair du point de vue de la science médicale. Une exposition prolongée du corps par l'introduction d'aiguilles ou par la stimulation électrique de points spécifiques améliore la microcirculation dans l'articulation de la hanche et peut contribuer à la restauration complète de la tête. L'hirudine, l'ingrédient actif de la salive de sangsue, contribue également à la restauration du flux sanguin local. La thérapie manuelle montre de bons résultats, dont les séances devraient avoir lieu au moins 2 à 3 fois par semaine.

En médecine traditionnelle pour le traitement des maladies de l'articulation de la hanche, utilisez les recettes suivantes:

  • 1 jaune d'oeuf, 1 cuillère à soupe. l La térébenthine et le vinaigre de cidre de pomme sont complètement fouettés et frottés dans la zone des articulations.
  • 2 cuillères à soupe l feuilles de myrtille verser 1 c. l'eau bouillante et maintenu à feu doux pendant 30 minutes. Signifie boire pendant la journée en petites portions.
  • 1 cuillère à soupe l mélanges de racines et de fleurs de pissenlits pour 1 c. l'eau bouillante et insister 1 heure, puis filtrer. Infusion consommée ¼ tasse 4 fois par jour.
  • Les branches d’épicéa versent de l’eau bouillante dans une grande casserole et cuisent pendant 15 minutes, filtrent Le bouillon est utilisé pour prendre des bains chauds 2 à 3 fois par semaine.
  • 20 g de feuilles de cassis verser 1 c. l'eau bouillante et insister une demi-heure. Infusion prendre 2 fois par jour pour une demi-tasse.
  • De la gaze ou un morceau de tissu de coton est imprégné de propolis, enroulé du jour au lendemain autour de l'articulation de la hanche.
  • Dans un grand radis, découpez le noyau et versez la fleur de miel. Quelques heures plus tard, lorsque le jus commence à se faire remarquer, le produit est appliqué sur l'endroit touché.